•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : trois villes isolées en Chine, le bilan grimpe à 25 morts

Aucun cas d'infection n'a encore été confirmé au Canada.

Des voyageurs portent des masques respiratoires.

Les plans de nombreux Chinois ont été chamboulés par la suspension des transports dans les villes de Wuhan et de Huanggang, à l'approche du long congé du Nouvel An lunaire.

Photo : Getty Images / AFP / Noel Celis

Radio-Canada

Une troisième ville de Chine, Ezhou, a été placée en confinement jeudi dans le but d'enrayer l'épidémie de coronavirus qui a déjà entraîné une mesure similaire dans les villes de Huanggang et de Wuhan, où le bilan atteint jeudi 25 morts. Par ailleurs, la Commission nationale de la santé a indiqué que les autorités examinaient 1072 cas suspectés d’être infectés par ce mystérieux virus.

Plus de 20 millions de personnes sont désormais isolées dans ces trois villes. Les transports publics routiers et ferroviaires de Huanggang et d'Ezhou, qui abritent respectivement 7,5 millions et 1,1 million d'habitants, sont désormais suspendus jusqu'à nouvel ordre.

En plus des routes et des transports en commun, les autorités chinoises ont également ordonné la fermeture des lieux publics de divertissement, comme les cinémas, les salles de spectacle et les cafés Internet. Tous les habitants sont également sommés de ne pas quitter la ville à moins d'en être autorisés par les autorités.

La ville d'Ezhou se situe en face de Huanggang sur le fleuve Yangzi dans la province du Hubei.

Au moins une douzaine de cas d'infection au coronavirus ont été confirmés cette semaine à Huanggang, mais c'est surtout à Wuhan que se concentre la grande majorité des 830 cas d'infection confirmés en Chine depuis le début de l'épidémie, il y a un mois.

Dès jeudi matin, tous les transports en commun, les traversiers, les gares, les routes et l'aéroport de la ville de Wuhan (11 millions d'habitants) ont été mis en confinement par les autorités qui interdisent à la population de quitter l'agglomération urbaine pour tenter de contenir le virus.

Des policiers, des groupes d'intervention tactique et des troupes paramilitaires ont été déployés dans les lieux publics et sur les axes de transport où pratiquement tout le monde porte un masque, selon les images transmises par les médias locaux.

Les autorités locales ont exigé que tous les résidents portent des masques dans les lieux publics, et elles ont exhorté le personnel gouvernemental à les porter au travail, selon un communiqué du gouvernement chinois.

Des files d'attente se sont aussi formées dans les hôpitaux qui offrent des tests de dépistage. Un hôpital entièrement consacré au traitement de patients atteints du coronavirus sera de plus aménagé d'ici six jours, d'après des médias locaux.

Ce que l'on sait :

  • Le coronavirus est apparu à Wuhan, dans le centre de la Chine, en décembre.
  • Nommé 2019-nCoV, il est de la même famille que les virus du rhume et du SRAS.
  • Il n'existe pour l'heure aucun vaccin contre le nCoV-2019.
  • Il a fait 18 morts, tous en Chine, et des centaines de personnes en sont atteintes.
  • Une poignée d'infections ont été signalées dans d'autres pays, mais pas au Canada.
  • L'OMS n'a pas encore décrété l'état d'urgence internationale.

Le plus important confinement qu'on ait vu

Au total, ce sont plus de 20 millions de personnes qui ont été mises en quarantaine dans les trois villes, soit l'équivalent de la population des villes de New York, Los Angeles et Chicago réunies.

Des ambulanciers transportent un homme en civière.

Le nombre de morts de la nouvelle épidémie de coronavirus est passé à six dans la ville centrale de Wuhan en Chine, a déclaré le maire de la ville à la télévision d'État.

Photo : Getty Images

Pékin a jusqu'ici alloué 1 milliard de yuans (environ 190 millions de dollars canadiens) au gouvernement du Hubei, la province du centre de la Chine où se trouvent Wuhan, Huanggang et Ezhou, pour l'aider à contenir l'épidémie à la veille du début du long congé du Nouvel An lunaire, une occasion pour les Chinois de se retrouver en famille.

Au total, 25 personnes sont décédées des suites du coronavirus en Chine. La moyenne d'âge des victimes est de 73 ans. La plus âgée avait 89 ans et la plus jeune, 48 ans.

D'autres cas d'infection ont été signalés à Taïwan, à Hong Kong, à Macao, au Vietnam, en Thaïlande, au Japon, en Corée du Sud, en Inde, en Arabie saoudite et aux États-Unis.

Presque tous les patients concernés étaient des habitants de Wuhan ou y avaient récemment voyagé.

Aucun cas confirmé au Canada

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a indiqué jeudi que cinq ou six personnes au Canada, dont au moins une au Québec et une autre à Vancouver, sont en observation afin de déterminer si elles ont contracté le coronavirus. Aucun diagnostic positif n'a encore été posé. D'après Mme Hajdu, le risque pour les Canadiens demeure faible.

Trop tôt pour lancer une alerte internationale, estime l'OMS

À Genève, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu'il était encore trop tôt pour déclencher l'alerte d’épidémie internationale.

Je ne déclare pas aujourd'hui une urgence de santé publique de portée internationale, a indiqué jeudi aux journalistes le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l'issue d'une réunion de deux jours de son comité d'urgence.

Ne vous y trompez pas, c'est une urgence en Chine. Ce n'est pas encore une urgence sanitaire mondiale, mais cela pourrait le devenir.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

En ce qui a trait à la mise en confinement de 20 millions de Chinois, le directeur de l'OMS a estimé que Pékin avait pris les mesures qu'il juge appropriées tout en espérant qu’elles soient efficaces et de courte durée.

Les festivités du Nouvel An annulées dans la capitale

Par ailleurs, la Ville de Pékin a annulé les festivités qu'elle avait prévues pour le Nouvel An lunaire. Ce sont en fait tous les grands événements publics qui sont suspendus.

La Cité interdite sous une mince couche de neige.

La Cité interdite, aussi connue comme le musée du palais, restera fermée pour une durée indéterminée.

Photo : Getty Images / AFP / Wang Zhao

Traditionnellement, à l'occasion du Nouvel An, les Pékinois se rassemblent par centaines de milliers dans les parcs de la ville pour assister aux traditionnelles danses du lion et du dragon. Deux grandes fêtes qui ont habituellement lieu dans des temples de la capitale sont aussi concernées par cette mesure.

La Cité interdite, le monument historique le plus célèbre de Chine, va aussi fermer jusqu'à nouvel ordre, a-t-elle annoncé. L'ancien palais des empereurs sera inaccessible à compter de samedi afin d'éviter des contaminations liées au rassemblement de visiteurs, selon un communiqué.

Hong Kong a aussi annulé un festival célébrant le Nouvel An.

Les autorités hongkongaises ont transformé deux camps de vacances en zones de quarantaine destinées aux personnes susceptibles d'avoir été en contact avec des porteurs du nouveau coronavirus, ont annoncé les autorités.

Les deux centres avaient déjà été utilisés en tant que zones de quarantaine pendant l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), il y a 17 ans.

Le territoire semi-autonome, qui est une grande plateforme financière internationale, a été placé en « alerte élevée ».

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, Reuters, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !