•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transformer un ancien bâtiment minier en parcours d'aventure

Un homme pose devant la mine Hollinger

Alex Gagnon veut offrir aux touristes l'occasion de découvrir le patrimoine minier de Timmins autrement.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Zacharie Routhier

Un entrepreneur de Timmins voit les choses en grand. Alex Gagnon souhaite transformer le chevalement de la mine Hollinger, qui n’est plus en service depuis 1968, en une attraction haute en adrénaline.

Si le projet obtient les autorisations nécessaires, la tour de 60 mètres pourrait devenir la première via ferrata, ou voie de fer, sur bâtiment en Amérique du Nord. Autrement dit, un parcours d’aventure à même la paroi de l’édifice.

Les plus téméraires pourront même rejoindre la terre ferme en courant sur la façade, torse vers le sol et attaché avec un harnais. Il s’agit d’une expérience nouveau genre du nom de house running.

À l’intérieur de la tour, l’entrepreneur prévoit notamment un parcours d’escalade dans le noir. Et les grimpeurs pourront en même temps en apprendre plus sur la mine.

Quelqu'un descend en rappel dans un vieux bâtiment.

Il sera possible d'escalader à l'intérieur de la structure.

Photo :  courtoisie / Alex Gagnon

L’un des objectifs de l’entrepreneur, qui est connu dans la communauté pour son entreprise de mise en forme hors de l'ordinaire, est de faire découvrir un lieu patrimonial de Timmins de manière interactive.

Le lieu est idéal, parce que ça représente Timmins. Les mines, c’est la fondation du Nord et de notre région

Alex Gagnon, instigateur du projet

Selon lui, seul un hôtel en Allemagne propose un concept similaire. Tu viens à Timmins, et tu as l’occasion d’essayer des choses qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde, ajoute-t-il. Ce faisant, il espère placer la ville sur le radar des touristes à la recherche de sensations fortes.

Un homme s'entraîne à l'aide de tissus rouges.

Alex Gagnon offre toute sorte d'entraînement à son centre de fitness alternatif, dont les « arts aériens ».

Photo :  courtoisie / Alex Gagnon

De plaisanterie à projet

L’entrepreneur raconte avoir été approché par le propriétaire du chevalement de la mine Hollinger, Antonio Kos, alors qu’il réalisait des travaux d’arboriculture. M. Kos lui aurait alors proposé, à la blague, de travailler pour lui.

Il m’a proposé de grimper son édifice avec mes amis, à condition que l’on traîne une brosse et de la peinture, explique M. Gagnon en riant.

C’est à ce moment qu’il a eu l’idée de transformer l’ancien site minier en parcours d’aventure. Le propriétaire du lieu participe aussi au projet. Je suis en charge des opérations, et lui de l’édifice. C’est un partenariat, explique M. Gagnon.

Préparer le terrain

Ça fait environ 10 mois que le projet secret est à l’étude. Je ne voulais pas en parler avant que je sois certain que la mine puisse être utilisée, explique Alex Gagnon.

J’ai déjà réparé une soixantaine de vitres cassées afin de mieux isoler l’édifice. Le résultat d’années de jeunes qui garrochent des roches, raconte-t-il.

Cet hiver, c’est le nettoyage. Après, c’est le gros travail des routes d’accès et des infrastructures.

Alex Gagnon, instigateur du projet

L'entrepreneur souligne avoir obtenu les documents détaillant l’état de la mine de la part du ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines. Une firme spécialisée a également vérifié les installations.

Les mines Hollinger.

L'édifice historique a été en service de 1910 à 1968.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

De son côté, la municipalité confirme avoir eu des discussions informelles avec l’entrepreneur. Elle précise cependant n’avoir reçu aucune demande officielle pour le projet, et préfère ne pas commenter.

La mine Hollinger se trouve en zone minière. Un changement de zonage est donc nécessaire afin d’opérer le site de manière récréative.

Alex Gagnon espère pouvoir ouvrir l’attraction au public en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Sports extrêmes