•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Émile Loranger pourrait ne pas briguer un nouveau mandat

Émile Loranger se dirige vers la porte de sortie.

Émile Loranger ne se présente pas souvent aux réunions du conseil d’agglomération, dont il critique le fonctionnement.

Photo : Radio-Canada

Érik Chouinard

Le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, pourrait tirer sa révérence au terme de son mandat si le dossier des quotes-parts de l'agglomération en arrivait à un dénouement, a déclaré le principal intéressé.

Si pour une quelconque raison, le dossier était retardé, ça me forcerait peut-être à me représenter, ce qui ne me tente pas vraiment, a souligné celui qui est maire de la municipalité depuis 1983, en marge de la réunion du conseil d’agglomération, mercredi.

La cause des quotes-parts entre les villes de l'agglomération se poursuit toujours depuis que la Ville de Québec a porté en appel la décision que le juge Bernard Godbout avait donné en septembre 2018. Selon Émile Loranger, l’appel pourrait avoir lieu au printemps 2021.

La Ville de Québec a décidé de porter la cause en appel, ce qui nous donne le droit de rajouter à notre demande initiale de 2008 à 2015, parce qu’on a trouvé de nouvelles affaires, précise-t-il.

Le jugement du juge Bernard Godbout prévoit que Québec doit rembourser au moins 38 millions de dollars pour avoir facturé en trop les villes défusionnées, dont 14 millions de dollars à L’Ancienne-Lorette.

Jusqu’à maintenant, la Municipalité a obtenu un remboursement de près de 4 millions de dollars de la part de la Ville de Québec, avant même le début du procès pour des montants que Québec avait admis avoir perçus en trop.

Au final, Émile Loranger espère qu’il pourrait toucher environ 20 millions de dollars si la cour d’appel lui donne raison. J’ai hâte de rembourser mes citoyens, affirme le maire.

Diriger une ville enclavée

L’Ancienne-Lorette doit payer une quote-part à la Ville de Québec pour l’utilisation de certains services, comme la police et les incendies.

En 2020, celle-ci s’élève à 15,5 millions de dollars, ce qui représente près de la moitié du budget de 32,3 millions de dollars de la Municipalité.

D’ici la fin de son mandat, Émile Loranger veut prioriser la sécurité et la survie économique de L’Ancienne-Lorette.

On est une ville qui est développée à 100 %, il faut donc se doter de moyens d’aller chercher des investisseurs nouveaux qui vont amener de l’argent neuf pour faire en sorte que ne dépendent pas seulement de la capacité de payer des payeurs de taxes, soutient-il.

Avec les informations d'Alexandra Duval

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale