•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les agents des services correctionnels veulent un rattrapage salarial

Écusson des services sur la chemise d'un agent.

Un agent de détention des services correctionnels du Québec.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Piel Côté

Selon le syndicat des agents de la paix en services correctionnels au Québec (SAPSCQ-CSN), les agents travaillant dans les prisons québécoises sont payées environ 20 % de moins que leurs collègues des prisons ontariennes ou bien ceux qui travaillent dans les pénitenciers. Le SAPSCQ-CSN veut que la situation soit corrigée au cours de la négociation de la future convention collective.

Les agents des services correctionnels travaillant dans les prisons provinciales entameront, au cours des prochains mois, les négociations de leur futur contrat de travail. L’actuelle convention collective sera échue le 1er avril prochain.

La nouvelle prison d'Amos, en hiver.

La nouvelle prison d'Amos a été inaugurée le 12 novembre 2018.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Le syndicat des agents de la paix en services correctionnels a tenu une rencontre à Amos, mardi (le 21 janvier). Dans une tournée des régions du Québec, le syndicat présente le cahier de demandes aux employés des prisons d’un bout à l’autre de la province.

Sans dévoiler l’entièreté du cahier de demandes qui sera déposé à l’employeur, le président national de l’organisation, Mathieu Lavoie, estime que le salaire sera l’une des priorités.

Mathieu Lavoie regarde la caméra, il est assis à une table avec un ordinateur portable.

Le président national du syndicat des agents de la paix en services correctionnels (SAPSCQ-CSN), Mathieu Lavoie.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Il est clair que le gouvernement devra investir. Nous ne voulons pas de règlement à rabais, car nous ne sommes pas compétitifs par rapport à nos collègues ontariens ou ceux des prisons fédérales. Il est temps qu’on fasse des réinvestissement dans le milieu carcéral au Québec, fait-il savoir.

Selon lui, le traitement salarial inférieur comparativement aux autres agents des services correctionnels au pays entraîne des problématique de recrutement et de rétention du personnel.

Mathieu Lavoie prévoit également que l’enjeu des heures supplémentaires, obligatoires ou non, sera discuté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Syndicalisme