•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le transport en commun à Rimouski « inintéressant », selon le président du service

Un autobus de Citébus stationné à l'arrêt de bus du Musée régional de Rimouski.

Un autobus de Citébus stationné à l'arrêt de bus du Musée régional de Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le président de la Société de transports de Rimouski (STR) a affirmé que le service de transport en commun offert pas son organisme n'est pas « intéressant » pour les citoyens et les usagers. Marc Saint-Laurent a fait ce commentaire devant une soixantaine de participants à la troisième séance de consultations publiques sur l'avenir du transport en commun à Rimouski.

Il note toutefois que ces consultations montrent que les Rimouskois ne souhaitent pas l'abandon du service, mais plutôt son amélioration.

Je vous le dis et je ne me cache pas pour le dire : je trouve que le produit n'est pas intéressant.

Marc Saint-Laurent, président de la Société de transports de Rimouski

Selon lui, pour y parvenir, il faut prendre les problèmes à bras-le-corps.

Lorsque je parle de la «run de lait» dans le centre-ville, quand j'ai commencé à dire cela, la première fois, après les gens m'ont dit : " tu as raison ". Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. Et pour cela, il faut être complètement transparent et dire les choses comme elles sont, a soutenu Marc-Saint-Laurent.

Une citoyenne est au micro.

Des citoyens ont pris la parole lors de l'assemblée publique de consultation sur le service de transport en commun à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Plusieurs critiques ont été formulées par les citoyens présents mardi soir.

L'un d'eux a notamment critiqué la longueur et la complexité des trajets qui font en sorte, selon lui, qu'il est souvent plus rapide de marcher que d'utiliser le transport en commun.

Dans le même esprit, une autre participante disait qu'il lui fallait 45 minutes en transport en commun contre 12 minutes en voiture pour faire le trajet entre Sacré-Cœur et l'UQAR.

Sarah Loboda.

Sarah Loboda estime que le service offert par la Société de transports de Rimouski n'est «ni accessible, ni abordable, ni pratique, ni efficace», tel qu'il est offert en ce moment.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Devant la profusion de critiques, une mère de quatre enfants, Sarah Loboda, a résumé le sentiment général des participants.

Ce n'est ni accessible, ni abordable, ni pratique, ni efficace dans le système actuel.

Sarah Loboda, participante à la consultation publique

Il y a déjà un gros bassin de population qui aimerait utiliser le transport en commun, mais le transport en commun actuel est complètement aberrant (rires), a affirmé Mme Loboda.

Stationnement moins cher que le bus

Les consultations sur l'avenir du transport en commun ont aussi permis de mettre en lumière une situation pour le moins incongrue, soit le fait qu'une vignette de stationnement pour le centre-ville de Rimouski coûte moins cher qu'un laissez-passer pour le transport en commun.

Sur une base annuelle, une telle vignette est vendue 562 $ par la Ville de Rimouski, alors qu'un droit d'utilisation du transport collectif coûte plus du double, soit 1260 $.

Robert Béliveau s'exprime lors de l'assemblée citoyenne de consultation.

Robert Béliveau croit que les citoyens ne se tourneront pas vers le transport en commun si est moins coûteux de prendre leur automobile que de prendre l'autobus.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

C'est un citoyen du district Sacré-Cœur, Robert Béliveau qui a relevé cet état de fait qui semble aller à l'encontre des intentions de la Ville de favoriser les moyens de transport autres que l'automobile.

Si c'est moins cher de prendre sa voiture et de stationner au centre-ville de Rimouski que de prendre l'autobus, c'est sûr et certain que nos autobus vont continuer à rouler vides.

Robert Béliveau, participant à la consultation publique

Si on veut inciter les gens à prendre le transport en commun, il faut absolument qu'il y ait des incitatifs, estime le citoyen.

Des citoyens assis en rangées dans une salle écoutent Marc Saint-Laurent.

Les citoyens rassemblés pour la consultation publique écoutent le président de la Société de transports de Rimouski, Marc Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Présent à l'assemblée de consultation, le conseiller municipal du district Saint-Robert, Jocelyn Pelletier, s'est dit étonné de l'écart entre les tarifs et a promis d'aborder la question avec les autres conseillers municipaux.

Ça fait deux ans que je suis élu et on n'a jamais comparé la « passe » de transport en commun avec la vignette de stationnement. [...] On va apporter le point au conseil municipal et on va discuter de cela.

Jocelyn Pelletier, conseiller municipal du district de Saint-Robert

Une dernière séance de consultations aura lieu mercredi soir dans le district de Pointe-au-Père.

De nombreux citoyens du secteur ont souvent réclamé l'implantation d'un service d'autobus pour faire la navette entre leur district et le centre-ville.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Transport en commun