•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Motoneigistes disparus au Lac-Saint-Jean : « Il ne faut jamais circuler là »

Des policiers à motoneige mènent des recherches sur le lac Saint-Jean pour retrouver les motoneigistes disparus.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Le président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean s'explique mal pourquoi des motoneigistes circulaient dans le secteur de la Grande Décharge, près de Saint-Henri-de-Taillon, mardi soir. Cette sortie sur le lac Saint-Jean a finalement viré au drame pour un groupe de touristes.

Le guide du groupe, Benoît Lespérance, est mort après s’être retrouvé dans les eaux glaciales du lac. Cinq autres membres du même groupe manquent toujours à l’appel.

On ne comprend pas trop pourquoi ils étaient rendus là, a réagi Gaétan Gagné, président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean, au micro de l’émission Première heure, mercredi matin.

Selon lui, les habitués savent qu’il ne faut jamais circuler sur le bord de l’eau dans le secteur de l'embouchure de la rivière Grande Décharge.

Les gens du secteur savent très bien qu’il ne faut pas aller circuler là.

Gaétan Gagné, président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean

C'est un affluent complètement à part du lac Saint-Jean, une grosse rivière qui mène vers le barrage de Rio Tinto et, à cause des courants, c’est un secteur qui ne gèle pas beaucoup, ajoute-t-il.

Pas sécuritaire

Même avec le temps plus froid des derniers jours, la glace ne serait pas suffisamment sécuritaire pour s’y aventurer, selon lui.

Ce n’est pas du tout un secteur pour la motoneige. C’est un secteur dangereux, insiste Gaétan Gagné.

Il met ainsi en doute les connaissances du guide de motoneige à la tête du groupe.

Il n’y a pas de sentiers qui passent sur le lac dans ce coin-là; dans le secteur de Saint-Henri-de-Taillon, on passe sur la piste cyclable, souligne le président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean.

La formation non obligatoire sera revue jeudi

Benoît Lespérance, le guide de l’expédition natif de Montréal, avait suivi la formation accréditée par le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (CQRUT) en 2010.

C’est un cours de deux jours qui va former un futur guide sur le leadership, les réglementations, la prévention et la gestion du risque et l’interprétation des glaces et de la neige, indique Pierre Challier, le propriétaire de Nord Expé, l’un des deux centres de formation accrédité de la province, situé à Sainte-Brigitte-de-Laval.

Les activités du type sont encadrées par les normes d’Aventure écotourisme Québec, mais un guide n’est pas légalement tenu de suivre une formation pour pratiquer le métier.

Prévu bien avant la tragédie, la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, annoncera jeudi des mesures pour mieux encadrer le tourisme d'aventure, dont la motoneige.

Le cours de guide de véhicule hors route qui est commun au quad et à la motoneige est en refonte. Il y aura un nouveau volet pratique et il sera un peu plus long, précise Pierre Challier.

Avec les informations d'Olivier Lemieux et Félix Morrissette-Beaulieu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Accidents et catastrophes