•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ostréiculture : la Municipalité d'Argyle veut attirer des producteurs

Un bateau avec des cages à huîtres.

La Municipalité dit avoir fait le travail nécessaire pour identifier convenablement les sites et pour les louer le plus rapidement possible.

Photo : Gracieuseté/Raymond d’Entremont

Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, la Municipalité d'Argyle a créé un développement aquacole pour l'élevage des huîtres. Elle a découvert 19 sites qui réunissent les conditions idéales.

La Municipalité du district d'Argyle, qui comprend entre autres les communautés Pubnico, Tusket et Wedgeport, souhaite maintenant louer les emplacements qu'elle a définis à des producteurs intéressés.

Selon la responsable du développement communautaire de la Municipalité, Charlene LeBlanc, il y a une grande étendue d'eau assez chaude pour que les huîtres se développent naturellement. Mme LeBlanc mentionne qu'il n'est pas facile pour les producteurs d'obtenir les permis nécessaires pour exploiter une ferme dans les eaux au large de la municipalité.

Il peut se révéler compliqué de remplir tous les documents nécessaires afin d'obtenir un bail, par exemple. La Municipalité a donc pensé faciliter le processus en créant un développement permettant plus aisément l'accès à des investisseurs de ce secteur.

Un bateau parmi des cages à huîtres.

Cinq producteurs d'huîtres sont présentement en exploitation dans la région d'Argyle.

Photo : Gracieuseté/Raymond d’Entremont

La Municipalité a beaucoup étudié la qualité de l'eau dans les dernières années. Mme LeBlanc affirme que les sites répertoriés réunissent toutes les conditions nécessaires pour élever des huîtres. Plusieurs facteurs sont à considérer lorsqu'on fait ce genre de tests : le pH, la température, la salinité et la présence du phytoplancton.

L'emplacement d'une ferme dépend beaucoup de l'importance du phytoplancton.

Les huîtres en forte demande

Il y a une forte demande d'huîtres en Nouvelle-Écosse, mais très peu de producteurs. Sarah Stewart-Clark, professeure agrégée de biologie des mollusques et crustacés à l'Université Dalhousie, affirme qu'en ce moment, la province ne peut pas répondre à la demande d'huîtres. Certaines fermes vendent parfois des huîtres qui ont atteint deux ans de maturité, plutôt que d'attendre les trois ans habituels.

Mme Clark dit que la province produit environ 3 millions de dollars d'huîtres d'élevage par année. En comparaison, l'Île-du-Prince-Édouard en produit 13 millions de dollars et le Nouveau-Brunswick, 12 millions de dollars.

Pour Mme Clark, il est évident à la vue de ces chiffres que la Nouvelle-Écosse ne suit pas le rythme des autres provinces. Selon elle, la province aurait avantage à augmenter sa production pour répondre à la demande. Mais bien sûr, sans que ce soit au détriment de l'environnement.

Avec les renseignements de Maryanne Dupuis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Industrie des pêches