•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet éolien à Pokeshaw-Black Rock : peu d’opposition à première vue

Une éolienne

L'entreprise Potentia Renewables projette la construction de cinq éoliennes de 200 mètres dans le district de services locaux de Pokeshaw-Black Rock (archives).

Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

Radio-Canada

Des résidents de la région de Pokeshaw et de Black Rock dans la Péninsule acadienne expriment des avis généralement positifs à l'issue d'une réunion publique sur le projet de parc éolien de l'entreprise ontarienne Potentia Renewables.

Une centaine de personnes ont participé à la réunion, mardi soir, au centre récréatif de Pokeshaw-Black Rock. Des représentants de l'entreprise ont présenté les détails du projet et répondu aux questions du public.

Potentia Renewables prévoit un parc de cinq éoliennes pouvant produire environ 20 MW d’électricité, explique un vice-président de l’entreprise, Ben Greenhouse. Il espère entreprendre la construction cette année et inaugurer les installations à la fin de l’année ou au début de 2021.

Ben Greenhouse en entrevue

Potentia Renewables compte faire des affaires dans la région pendant les prochaines décennies et elle veut entretenir de bonnes relations avec la communauté, assure Ben Greenhouse, vice-président de l'entreprise.

Photo : Radio-Canada

Les éoliennes seraient construites dans le district de services locaux de Pokeshaw-Black Rock, à l’ouest du village de Saint-Léolin, à 2 kilomètres dans les terres. Le DSL est non loin du village d’Anse-Bleue où un autre projet d’éolienne, celui de l’entreprise Naveco Power, se heurte à une vive opposition.

La population de Pokeshaw a exprimé quelques inquiétudes durant la réunion. Certaines personnes craignent un impact des éoliennes sur l'environnement, en particulier sur les oiseaux et la santé. Des résidents se préoccupent aussi du paysage et de la valeur des maisons.

Les gens de Pokeshaw et de Black Rock interviewés après la réunion étaient toutefois majoritairement enthousiastes.

John Riordon, résident de Pokeshaw, dit croire que les avantages du projet sont supérieurs aux inconvénients. Les éoliennes, souligne-t-il, apporteront de nouveaux revenus à la communauté. C’est pourquoi il appuie le projet.

John Riordon en entrevue

Les retombées économiques prévues sont encourageantes pour la communauté, selon John Riordon, résident de Pokeshaw.

Photo : Radio-Canada

On est vraiment content d’avoir l’extra de l’argent pour utiliser pour la construction de choses dans la communauté, affirme John Riordon.

Bernard Riordon, autre résident de Pokeshaw, appuie aussi le projet et il croit que la majorité des résidents partage son avis. Le projet peut aider la communauté à améliorer ses conditions économiques, dit-il.

Deux projets accueillis différemment

Des intervenants expliquent que le projet de Potentia Renewables est mieux accepté par la communauté que celui de Naveco pour certaines raisons.

Tout d’abord, les éoliennes seraient construites plus loin des maisons dans le cas de Pokeshaw-Black Rock que dans celui d’Anse-Bleue. L'éolienne la plus proche d'une résidence serait à 1400 mètres, selon les documents de l'évaluation d'impact environnementale de Potentia Renewables.

C’est qu’à Anse-Bleue, la grande majorité, 85 % à 90 % des gens n’en veulent pas parce que c’est trop proche des maisons, indique Louise Blanchard, une opposante au projet de Naveco Power qui a assisté à la réunion publique au centre récréatif de Pokeshaw-Black Rock.

Louise Blanchard et Gina Girard en entrevue

Louise Blanchard et Gina Girard, opposantes au projet d'éoliennes à Anse-Bleue, voulaient s'informer sur celui de Pokeshaw et de Black Rock.

Photo : Radio-Canada

De plus, à Pokeshaw, la communauté est partie prenante du projet. Environ 75 000 $ seraient versés chaque année au Conseil récréatif de Pokeshaw et Black Rock, un organisme communautaire partenaire de Potentia Renewables, en plus des redevances prévues pour les propriétaires terriens.

À Anse-Bleue, les seules redevances prévues seraient versées aux propriétaires terriens. Le projet ne prévoit pas d’autre participation pour la population locale.

De plus, l’entreprise Potentia Renewable est mieux préparée que Naveco, estime Gina Girard, une autre opposante au projet de parc éolien à Anse-Bleue.

J’ai l’impression qu’eux ont commencé la consultation publique un peu plus tôt que nous. Ils ont l’air d’avoir été beaucoup plus transparents que nous, comme compagnie. Ce que je comprends, il y a des gens qui sont vraiment informés. Ce que je sais aussi, c’est que l’enquête au niveau de la faune environnementale est très étoffée comparée à ce qu’on a eu avec Naveco pour l’avoir lue moi-même, affirme Gina Girard.

Préoccupations à Saint-Léolin

Des résidents de Saint-Léolin, communauté voisine de Black Rock, sont moins enthousiastes, selon l’un d’eux, Adrien Doiron.

Saint-Léolin, c’est tout proche de Black Rock et de Pokeshaw. Ça fait, c’est sûr qu’on est un peu inquiet du bruit que ça va causer. La réponse, on ne l’a pas. On n’a pas vraiment une réponse, affirme Adrien Doiron.

Adrien Doiron interviewé dans une salle communautaire

Les gens ne sont pas suffisamment informés du bruit des éoliennes, selon Adrien Doiron, résident de Saint-Léolin.

Photo : Radio-Canada

Le projet fera l'objet de discussions au conseil municipal, indique le maire intérimaire de Saint-Léolin, Guy Bertrand.

C’est à 2 kilomètres quand même de chez nous, les places les plus proches. On va amener ça à l’assemblée du village, faire un sondage, dit-il.

Avec les renseignements d’Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables