•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bâtiments historiques de Saint-Boniface : l’appel de la communauté

Des gens regardent un mur où il y a des papiers collés.

Les participants ont été nombreux à coller des papiers aux murs pour y exprimer leur vision de l'avenir pour les bâtiments.

Photo : Radio-Canada / Amelie David

Amélie David

Microbrasserie, auberge de jeunesse, épicerie fine, habitat à loyer modeste : qu’adviendra-t-il de l'ancien hôtel de ville et de la caserne des pompiers de Saint-Boniface? Si rien n’est certain, une chose semblait sûre mardi soir : les Winnipegois ont des idées.

Une cinquantaine de personnes a répondu présente à l’invitation de Héritage Saint-Boniface. L’association a organisé ce mardi, au centre communautaire Notre-Dame, une réunion pour discuter de l’avenir des deux bâtiments historiques du quartier, situés boulevard Provencher.

En novembre dernier, la Ville de Winnipeg a lancé un appel d’offres pour les mettre en vente. Les candidats ont jusqu’au mois de novembre pour remettre leurs candidatures.

Pour que ces édifices restent « dans la communauté », certains se mobilisent.

La réunion,« première étape d’un long processus » selon les organisateurs, avait pour but de donner la parole aux gens intéressés par le dossier.

Armés de stylo et de carrés de papiers colorés, ils ont mis par écrit leur vision de l’avenir des bâtiments.

Au fur et à mesure de la réunion, les murs de la salle communautaire se sont colorés.

Un édifice en pierres et briques avec une tour.

La désignation patrimoniale de l'ancienne caserne de pompier de Saint-Boniface limite ce que les acheteurs pourront en faire. (archives)

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Des commerces

Yolande Cates, une résidente de Saint-Boniface, est l’une des premières personnes à mettre un petit mot. Je pense qu’il faut que le Jardin des sculptures reste ouvert au public. Quant à la caserne, il faut garder la façade, les éléments de l’architecture et peut-être en faire des appartements, pas des condos cependant, explique celle qui souhaite suivre tout le processus de consultation.

À quelques pas de la résidente se trouve Stéphane Thurston. Ce dernier habite près de la caserne des pompiers. Pour lui, ce lieu pourrait être reconverti en un lieu de création pour les métiers de bouche.

Je vois cela comme un atelier de trappiste, comme une brasserie ou une fromagerie pour que les gens puissent travailler leurs produits ici, précise-t-il. D’autres personnes présentes ce soir ont elles aussi émis le souhait de voir une microbrasserie ou un restaurant.

À l'habitat et à la recherche

Jonathan Boisvert, président de la Coop La Crémerie dont l’objectif est de créer un habitat partagé, intergénérationnel et écologique, a de son côté une autre idée.

Lors de la période de questions et de suggestions, il est venu la présenter aux participants. Il y a un gros stationnement à côté de la caserne où est-ce qu’on pourrait bâtir notre coopérative. Ensuite, pour la caserne et l’hôtel de ville, cela pourrait être des espaces ouverts à la coop et aussi au public, détaille-t-il.

Autre possibilité : un centre pour de la recherche. C’est ce que souhaite Ariane Freynet-Gagné.

L’étudiante à l’Université du Manitoba a proposé un projet pour l’hôtel de ville qui s’éloignait des propositions alignées au mur. Je voudrais que l’hôtel de ville reste un bâtiment public, mais j’aimerais aussi que l’on pense à l’idée d’en faire un centre de recherches. Sa mission serait de se focaliser sur tout ce qui est francophonie et j’inclus les francométisses, et toutes les questions des communautés vivant en milieu minoritaire, a lancé la jeune femme, qui aimerait s’orienter dans le domaine de la recherche.

L'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface.

L'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface abrite les locaux de la Maison des artistes visuels francophones, les bureaux de Tourisme Riel et du World Trade Centre Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

David Dandeneau vice-président de Héritage Saint-Boniface a quant à lui a réitéré sa position : selon lui, certains édifices historiques doivent rester dans les mains de services publics. C’est la seule façon que cela appartient à tout le monde, a-t-il martelé. Ce dernier espère que la Ville de Winnipeg finira par changer d'avis.

Au terme de la réunion, les participants devaient indiquer par des gommettes, les idées qu’il leur semblait le plus intéressant.

Les organisateurs de l’assemblée vont maintenant se pencher plus en détail sur ces projets pour effectuer un premier tri et voir ce qui est réalisable ou non. Il ne faut pas rêver en couleur, a rappelé Walter Kleinschmit, président de Héritage Saint-Boniface.

D’autres consultations publiques sont prévues en avril et en juin. Les organisateurs veulent aussi demander l’avis de professionnel et surtout, trouver un projet viable à apporter à la Ville de Winnipeg.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Histoire