•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Créer de l’espace pour les piétons et commerçants à Trois-Rivières

La rue Notre-Dame à Trois-Rivières en été.

La rue Notre-Dame Centre, en été.

Photo : Radio-Canada

Marilyn Marceau

Un pas de plus a été franchi, à la séance du conseil de mardi soir, vers l’utilisation de la voie publique pour créer des espaces pour les piétons et les commerçants du centre-ville de Trois-Rivières.

Les conseillers municipaux ont voté à l’unanimité en faveur d’un changement à un règlement pour permettre d’utiliser les stationnements à d’autres fins que d’y garer un véhicule.

Un projet de Trois-Rivières Centre est en préparation sur les rues Notre-Dame centre et Badeaux et pourrait être mis en place l’été prochain. Les commerçants sont en train d'être consultés.

Les espaces de stationnement pourraient être utilisés pour installer des structures pour permettre aux piétons de s’asseoir et aux gens d’affaires d’utiliser la voie publique comme extensions de leur commerce, avec une terrasse, par exemple.

Il y [aurait] des espaces de convivialité et des espaces qui [permettraient] d’étendre le commerce sur la place publique, affirme le conseiller municipal du district de Marie-de-l'Incarnation, Denis Roy.

Il précise que le but est d’animer l’axe entre le Centre d’événements et de congrès interactifs (CECI) et la place Pierre-Boucher, où se trouve le flambeau, en direction de l’Amphithéâtre Cogeco. Il y aurait une trentaine de places de stationnement ciblées dans cet axe.

Pas de problème de stationnement à prévoir, soutient la Ville

Le conseiller Denis Roy ne croit pas que les citoyens doivent s'inquiéter du manque de places de stationnement si le projet se concrétise.

Il y a 1710 places stationnement sur rue et dans les infrastructures [comme le stationnement Badeaux et de l’Autogare] au centre-ville et on ne parle des stationnements en surface et privés, comme Olymbec, alors on parle d’une fraction de ces places stationnements-là qui seraient impactées, précise le conseiller municipal.

Les installations seraient temporaires, dans l’éventualité que certaines deviennent permanentes.

La pérennité des installations n’est pas là, l’idée est que d’année en année tu fais évoluer tes installations, pour répondre de mieux en mieux aux volontés des commerçants et de la population pour faire, sur un horizon de 3,4 5, 6 ans, quelque chose qui est définitif, explique Denis Roy.

Ce genre de projet pourrait aussi voir le jour dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, sur le boulevard Sainte-Madeleine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale