•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet d’agrandissement de la maison d’hébergement pour femmes à Trois-Rivières

Un poing fermé en avant plan et une femme les yeux baissés, en arrière plan.

La maison d'hébergement pour femmes et enfants Le Far, à Trois-Rivières, doit régulièrement refuser des familles parce qu'elle manque de places.

Photo : iStock

Marilyn Marceau

La maison d’hébergement pour les femmes et enfants qui vivent des difficultés ou de la violence conjugale, Le Far, a besoin d’un nouveau toit.

Le Far, situé à Trois-Rivières, a été lourdement endommagé lors de la crue des eaux en 2017 et il y avait d’autres problèmes avec le bâtiment. Au point où, depuis novembre 2017, l’organisme s’est relocalisé dans une maison temporaire.

La directrice générale de l’organisme, Karine Gendron, affirme toutefois que le nouvel endroit n’est pas bien adapté aux besoins des familles; il est mal insonorisé, plus petit et difficile d’accès pour les personnes à mobilité réduite.

De plus, l’organisme a besoin de plus de places pour accueillir les femmes et leurs enfants.

Le manque de place a penché dans la balance [de la décision de construire une nouvelle maison].

Karine Gendron

La directrice générale de la maison d’hébergement affirme que le nouveau bâtiment permettrait d’accueillir plus de familles. Il compterait 21 unités d'habitation, alors qu’actuellement, l’organisme a 12 places.

La maison accueille beaucoup plus que 12 personnes sous son toit. Le taux d’occupation frôle 150 %, par moment. En décembre dernier, le taux d’occupation moyen a été de 98 %.

Ça fait plusieurs années que le Far a un taux d’occupation qui dépasse le 100 % et qui fait en sorte qu’on doit refuser des femmes au moment de l’appel, affirme Karine Gendron.

La femme dans un café en entrevue.

La directrice générale de la maison Le Far, Karine Gendron

Photo : Radio-Canada

Depuis mars 2019, l’organisme a dû refuser au moins une trentaine de femmes. C’est alarmant, affirme la directrice générale.

Un projet en voie de développement

Karine Gendron souligne que le projet de nouvelle maison est encore embryonnaire.

L’organisme ne sait pas encore combien le projet coûtera et quand le déménagement aura lieu. Il est à l’étape de faire des demandes de subventions.

Élus attablés et le public à l'hôtel de ville.

Séance du conseil municipal de Trois-Rivières du 21 janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Lors de la séance du conseil municipal mardi soir, les élus se sont engagés à soutenir financièrement la construction d’une nouvelle maison pour l’organisme. La Ville contribuerait au projet à une hauteur maximale de 198 274$ .

La ville, c’est sûr c’est un partenaire précieux, a déclaré Karine Gendron.

Il y a quelques maisons d'hébergement en Mauricie et au Centre-du-Québec:le Toit de l'amitié à La Tuque, La Séjournelle à Shawinigan, La Nacelle à Nicolet, la maison de Connivence à Trois-Rivières, La Volte-Face à Victoriaville ainsi que La Rose des vents à Drummondville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Famille