•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développement et environnement au cœur des échanges au conseil municipal de Gatineau

L'entrée d'un chemin qui mène à une forêt.

Des milliers de citoyens ont signé une pétition pour protéger l'ensemble de la superficie de la forêt Boucher (archvies).

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

Radio-Canada

La construction dans la forêt Boucher et les règlements entourant les bâtiments verts ont occupé une place de choix lors de la réunion mensuelle du conseil municipal de Gatineau, mardi.

De nombreux citoyens ont fait une demande d’intervention pour s’exprimer devant les élus au sujet du schéma d’aménagement de la Ville, qui permet la construction sur 25 % de la superficie de la forêt Boucher.

Les citoyens qui ont pris le micro voulaient entre autres savoir combien il en coûterait pour protéger l’entièreté de la forêt Boucher.

Est-ce que le conseil peut s’engager à aller chercher l’information […] pour prendre une décision éclairée à ce sujet-là ? a demandé le président de la Fondation de la forêt Boucher, Adrian Corbo.

La Ville étudie le dossier, confirme le maire

Je veux savoir c’est quoi les enjeux financiers pour la Ville, a indiqué le maire Maxime Pedneaud-Jobin en réponse aux maintes interventions citoyennes.

Si Gatineau se penche actuellement sur le coût associé à la protection de l’intégralité de la forêt Boucher, le maire a tenu à souligner que la facture pourrait être salée en raison de la législation en vigueur.

Une vue aérienne de la forêt Boucher à Gatineau. (Archives)

Une vue aérienne de la forêt Boucher à Gatineau.(Archives)

Photo : Fondation de la forêt Boucher

On est dans un contexte d’expropriation, a rappelé le premier magistrat, puisque certains lopins de terre de la forêt sont détenus par des intérêts privés et qu’il faudrait les expulser pour assurer une protection de la forêt.

Le cadre légal actuel protège plus le droit des gens de faire des profits que le droit des communautés de protéger des zones qui ont une grande valeur écologique.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Une pétition signée par plus de 16 000 personnes s’opposant au développement dans cette zone boisée du secteur d’Aylmer a été également été déposée.

La Ville de Gatineau a demandé d’avoir jusqu’au 31 octobre 2020 pour réviser son schéma d’aménagement, ce après quoi elle devra le soumettre au gouvernement du Québec pour approbation.

Nouvelles dispositions pour les bâtiments verts

Le virage vert dans l’industrie de la construction a franchi une nouvelle étape, mardi. Le conseil a procédé à l’adoption finale de nouvelles dispositions touchant la construction écoresponsable, comme l’aménagement de toits verts ou encore l’installation de prises pour les voitures électriques sur les nouvelles constructions.

Deux grues s'affairent à retirer des roches et du sol  autour de l'immeuble en construction.

L'industrie de la construction voudrait plus de temps pour s'adapter aux dispositions entourant les bâtiments verts (archives).

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Le conseiller du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, est l'un des deux élus qui s'étaient opposés aux nouvelles mesures. Je considère que le travail [de consultation de l'industrie] n’a pas été bien fait et qu’on est en train de faire une erreur, a-t-il indiqué avant la tenue du vote.

De son côté, l’industrie de la construction aurait aimé le report de l’adoption finale desdites dispositions. Ce qu’on demande, c’est de permettre à l’industrie de s’adapter un temps […] on demande peut-être un six mois, a suggéré Shawn Côté, président de l’Association de la construction du Québec pour la région de l’Outaouais.

Nous sommes ouverts à travailler avec vous, c’est notre priorité.

Shawn Côté, président de l’Association de la construction du Québec pour la région de l’Outaouais

La présidente de la Commission sur l’aménagement du territoire, de l’habitation et de l’environnement, Maude Marquis-Bissonnette, s’est faite rassurante et a indiqué qu’il y aurait d’autres consultations d’ici la fin avril.

Ces efforts mèneront éventuellement au dépôt d’un règlement omnibus qui permettrait de bonifier certaines dispositions. Mme Marquis-Bissonnette a précisé que ces bonifications serviraient à mieux accompagner les entrepreneurs.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale