•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quarantaine d’élèves de Brébeuf transférés à l’École de Carillon

Des élèves que l'on voit de dos sont en train de lever la main.

Le nombre d’élèves à l’École Brébeuf est passé de 331 à 402 élèves en cinq ans.

Photo : Getty Images / skynesher

Radio-Canada

L’école primaire de Carillon, à Sherbrooke, accueillera de façon permanente une quarantaine d’élèves de l’École Brébeuf dès la prochaine année scolaire. C’est ce qui est ressorti du Conseil des commissaires de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) qui se tenait mardi.

C’est une révision des territoires des deux écoles qui va permettre de désengorger l’École Brébeuf dans laquelle il y a une surpopulation.

Annick Martinet, commissaire de la circonscription 11 et présidente du comité de révision des territoires d’appartenance

Le nombre d’élèves à l’École Brébeuf est passé de 331 à 402 élèves en cinq ans, peut-on lire dans une fiche de présentation du Conseil des commissaires. Une augmentation qui sera encore plus marquée l’année prochaine avec l’arrivée d’une quinzaine de nouveaux élèves, fait savoir Annick Martinet.

Il n’y a plus de locaux disponibles. Même présentement, ils utilisent plus que le nombre de locaux-classes qu’il y a dans l’école, continue Mme Martinet, lors d’une entrevue avec Radio-Canada Estrie.

« Favoriser l’apprentissage »

L’École de Carillon, qui se trouve à proximité de l’École Brébeuf, possède d’ailleurs deux classes libres qui permettront d’accueillir le surplus d’élèves de l’École Brébeuf pour favoriser l’apprentissage dans les meilleures conditions possible, pense Annick Martinet.

Lors d’une consultation publique, le 9 décembre dernier, quelques parents avaient fait preuve de leurs inquiétudes, notamment au niveau du dénivelé et de la distance de marche que les enfants devraient parcourir pour se rendre dans leur nouvelle école.

C’est une distance de marche qui est dans les règles, c’est-à-dire moins de 1,6 km pour les élèves marcheurs au primaire. La moyenne pour les élèves qu’on déplace est de 1,3 km.

Annick Martinet, commissaire de la circonscription 11 et présidente du comité de révision des territoires d’appartenance

Le dénivelé est important, reconnaît Mme Martinet. Mais après analyse, il y a déjà des enfants qui font cette côte-là, continue-t-elle.

Des parents avaient également montré de l’inquiétude par rapport au boulevard de Portland, que certains enfants doivent traverser pour se rendre à leur nouvelle école. Mais Annick Martinet se veut rassurante.

Il y a déjà deux brigadiers sur Portland, car il y a déjà une partie de l’École [de] Carillon qui se trouve sur Portland. Et, selon la direction, il n’y a pas d’incidents par rapport à ça, lance-t-elle.

Je comprends néanmoins l’inquiétude des parents pour qui les enfants vont débuter ce parcours-là. C’est sûr qu’il y aura une sensibilité de la direction pour regarder comment ces enfants-là pourront être accompagnés, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Éducation