•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mexico veut convaincre les migrants centraméricains de renoncer à traverser sa frontière

Des migrants, faisant partie d'une caravane en route vers les États-Unis, traversent le fleuve Suchiate de Tecun Uman, au Guatemala, à Ciudad Hidalgo.

Environ 500 migrants sont toujours massés sur les rives du fleuve Suchiate, a indiqué le ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcelo Ebrard.

Photo : Reuters / Jose Torres

Agence France-Presse

Le gouvernement mexicain tentait mardi de convaincre des centaines de migrants centraméricains en route vers les États-Unis de renoncer à traverser clandestinement sa frontière avec le Guatemala, en leur promettant notamment des emplois.

Environ 500 migrants sont toujours massés sur les rives du fleuve Suchiate, qui marque la frontière entre les deux pays, a indiqué le ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcelo Ebrard.

Nous allons poursuivre le dialogue, nous allons continuer à faire des propositions [...] Il y a l'option de la demande d'asile, d'accepter des emplois qu'offre le Mexique, voilà quelle sera la position du Mexique, a déclaré le ministre en conférence de presse.

Les migrants, en majorité originaires du Honduras, souhaitent traverser le Mexique pour gagner les États-Unis et fuir la violence et la pauvreté qui sévissent dans leurs pays.

Ils [les Centraméricains] nous ont remis une lettre qui propose [...] que nous suspendions la loi mexicaine sur l'immigration afin qu'ils puissent passer par le Mexique, a précisé M. Ebrard. Mais le gouvernement mexicain ne peut pas accepter une telle proposition, a-t-il ajouté.

Interrogé sur la situation, le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a indiqué que l'opération des forces de l'ordre à la frontière avec le Guatemala cherchait à appliquer la loi sans violer les droits de l'homme.

Traverser depuis le fleuve Suchiate

Sur les rives du fleuve Suchiate, les quelque 500 migrants ont improvisé un camp de fortune. Nous allons rester ici dans l'attente d'une occasion, a expliqué à l'AFP Esther Madrid, une Hondurienne qui dit avoir quitté son pays pour pouvoir nourrir ses enfants.

Plusieurs centaines de migrants qui étaient parvenus à traverser le fleuve mardi, alors que des centaines d'autres étaient repoussés par les forces de l'ordre à coups de gaz lacrymogène, ont été interceptés par la police sur la route menant à la ville de Tapachula (sud du Mexique).

Cent dix d'entre eux ont été renvoyés au Honduras où ils sont arrivés mardi, à l'aéroport de San Pedro Sula, à 180 km au nord de Tegucigalpa, d'où était partie la caravane, a annoncé le gouvernement hondurien dans un communiqué.

Environ 140 autres migrants, également expulsés par Mexico, sont attendus dans la journée, d'après la même source.

Dans les trois prochains jours, il faut s'attendre au retour de 1900 compatriotes qui faisaient partie du groupe ayant quitté San Pedro Sula, affirme l'ambassadeur du Honduras au Mexique, Alden Rivera, cité dans le communiqué.

La caravane, qui compte 3500 migrants d'après une estimation des autorités migratoires centraméricaines, a quitté le 14 janvier le nord du Honduras.

Lors d'une première caravane, en octobre 2018, plus de 2000 personnes s'étaient mises en marche vers le nord dans l'espoir d'entrer aux États-Unis. Au moins trois autres caravanes, moins importantes, avaient suivi au cours du premier trimestre de 2019.

Le phénomène s'était ensuite arrêté en raison du déploiement de militaires aux frontières sud et nord du Mexique, sous la pression de Washington. Entre mai et septembre 2019, le Mexique a ainsi réduit de 56 % le flux vers les États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International