•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Franco espère briller à nouveau en ciblant les régions

La une de l'hebdomadaire la semaine du 16 janvier 2020.

La une de l'hebdomadaire la semaine du 16 janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Axel Tardieu

Quelle direction éditoriale doit-on attendre du journal Le Franco, après la reprise de sa gouvernance par l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) il y a plus d'un mois? Le rédacteur en chef par intérim, Alain Bessette, dit vouloir refléter la communauté sous toutes ces formes pour sauver le journal.

Cela comprend entre autres de refléter davantage les communautés régionales, grandes oubliées de la couverture journalistique du seul hebdomadaire francophone de l'Alberta selon plusieurs critiques de la communauté au cours des dernières années.

Nathalie Gauthier, directrice de l'ACFA régionale de Wood Buffalo, partage ce point de vue. Elle reçoit le journal, le feuillette, mais n'a jamais entendu personne de cette communauté du nord de l’Alberta y faire référence.

C'est un journal qui intéresse peu ici. Il ne parlait jamais des gens de notre communauté. Il n’y a pas assez de diversité dans leurs nouvelles. Si tu n'étais pas Calgary ou Edmonton, tu n'étais pas intéressant pour eux.

Pourtant, Nathalie Gauthier l’assure : tout le monde veut sauver le Franco. Faut-il alors changer la stratégie éditoriale? C'est du moins ce qu'elle suggère.

Cibler les régions

Dans les lignes directrices (Nouvelle fenêtre) du Franco adoptées le 10 janvier dernier, on peut lire que le contenu du journal devra à l'avenir privilégier la couverture de l'actualité locale et provinciale.

C'est l'une des priorités qu'Alain Bessette s'est donnée pour remonter la popularité du Franco. Le rédacteur en chef par intérim enverra en février et en mars un journaliste d'Edmonton à Calgary.

C’est dans le cadre d’un projet qu’on fait avec l’Association de la presse francophone (APF) pour essayer d’adresser ces faiblesses qui étaient comme évidentes pour le journal.

À la recherche de pigistes

Le journaliste en mission sera chargé de faire du recrutement et de la formation de pigistes, tout en couvrant des activités.

Cela va permettre de faire des incursions jusqu'à Lethbridge, Canmore, Banff et d'autres petites communautés francophones dans la région du sud, explique Alain Bessette qui espère trouver un journaliste fiable sur le long terme.

Pour la couverture du reste de la province, Le Franco réfléchit à la possibilité de cogner à la porte des écoles. En contactant les commissions scolaires, il y aurait peut-être des professeurs qui seraient en mesure d’écrire pour nous, espère-t-il. Un virage vers le numérique, où les frais sont moindres, pourrait financer ces journalistes externes.

Si on ne reflète pas les gens, ils ne vont pas acheter le journal et les responsables d’organisations ne vont pas acheter des publicités dans le journal.

Alain Bessette, rédacteur en chef par intérim du Franco

Stéphane Théorêt, lecteur du Franco depuis quatre ans et ancien membre du conseil d’administration de l’ACFA de Calgary, reproche lui aussi au journal son manque de diversité.

Le couple, vu en contre-plongée sous un arbre

Stéphane Théorêt (à gauche) feuillette le Franco depuis quatre ans.

Photo : Sylvie-Anne Roy

Le Franco est toujours plus centré sur ce que l'ACFA fait en Alberta. C’est pour cela que je suis parti du conseil d’administration de l’ACFA de Calgary. Nous n’étions pas assez représentatifs de la grande majorité des francophones en Alberta.

Ce Franco-Albertain se dit aussi déçu du manque de transparence de la part de l’association dans le dossier du Franco.

Pour un journal de qualité

Du côté de l’Association de la presse francophone (APF), l’important est la survie du journal, martèle son président Francis Sonier.

Les lignes directrices énoncées par l’ACFA le 10 janvier confirment sa confiance envers l’organisme. Cela reflète bien la discussion que j’ai eue avec la présidente avant Noël. L’ACFA ne veut pas se mêler de la rédaction du journal, assure Francis Sonier.

Francis Sonier, éditeur et directeur général de L'Acadie Nouvelle et président de l'Association de la presse francophone.

Francis Sonier, éditeur et directeur général de L'Acadie Nouvelle et président de l'APF.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Comment mesurer ou évaluer l’indépendance éditoriale des médias communautaires? En avril, les membres de l’APF ont mandaté leur organisation de conclure un partenariat avec le Conseil national des médias du Canada pour mettre en place la réception et le traitement d’éventuelles plaintes en français. À l'heure actuelle, seules les plaintes en anglais sont acceptées, selon Francis Sonier.

Les 23 journaux, membres de l’APF, deviendraient alors membres du Conseil national des médias. C’est un complément à la Charte (Nouvelle fenêtre) [de la presse écrite de langue française en situation minoritaire], conclut Francis Sonier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Médias