•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Franco-Ontarien Ryan Hunter au Super Bowl

Deux joueurs sont opposés sur la ligne de mêlée du terrain de football pendant que d'autres joueurs courent autour.

Ryan Hunter, qui a grandi à North Bay, a déjà fait une grande part de son travail : bien préparer la défense pour le Super Bowl.

Photo : Radio-Canada / Facebook/Ryan Hunter

Raphaël Guillemette
Mis à jour le 

Le Franco-Ontarien Ryan Hunter ne jouera probablement pas lors du prochain Super Bowl, mais ça ne l’empêchera pas de profiter pleinement du grand rendez-vous du football américain, le 2 février, à Miami.

En vérité, l’athlète, qui a grandi à North Bay, a l’esprit tranquille. Le colosse de 1,95 m et 136 kg a déjà fait son travail, soit de bien préparer la défense des Chiefs de Kansas City pour le match ultime. Chacun a son rôle, précise-t-il.

De faire partie d’une équipe qui joue dans la NFL, c’est déjà quelque chose, mais de jouer pour le Super Bowl [...], d’être sur le terrain avec mes coéquipiers et mes entraîneurs, je pensais que c’était quelque chose qui n’allait peut-être jamais arriver, convient le gaillard de 24 ans lors d'un entretien par visioconférence.

Il y a des gens qui jouent 15, 20 ans dans la ligue, puis ils n'ont même pas eu la chance de jouer lors de cette joute, rajoute Hunter.

Pour moi, d’être à ma deuxième année et de pouvoir être au Super Bowl, c’est incroyable!

Ryan Hunter, joueur de ligne offensive des Chiefs de Kansas City

Pas Laurent Duvernay-Tardif

Les gérants d’estrade sont les premiers à souligner les différences entre le joueur de ligne offensive et son coéquipier Laurent Duvernay-Tardif. Le Québécois est un partant — au poste de bloqueur à droite — alors que Hunter est un peu comme l’autre joueur francophone de l'équipe, mais la réalité est bien différente.

Je pense que mon rôle est tout aussi important que quelqu'un qui joue plus souvent, estime le joueur dont les parents sont originaires de Témiscaming, au Québec. Des fois, c’est difficile de ne pas répondre [...] il faut que tu te souviennes que j’ai mis le travail pour être ici, pour être dans ma position, pour préparer notre offensive ou notre défense.

Ryan Hunter et Laurent Duvernay-Tardif signent des autographes pour des partisans.

Ryan Hunter et son coéquipier Laurent Duvernay-Tardif sont les deux seuls joueurs francophones au sein des Chiefs de Kansas City.

Photo : NFL Canada

Relégué à l'équipe de réserve à ses premiers pas chez les professionnels l'an dernier, Hunter a pris part à trois matchs du calendrier en 2019.

Le Franco-Ontarien a quitté le nid familial à 16 ans pour entamer sa route vers la NFL. Il a rejoint les rangs d'une école secondaire américaine privée à Buffalo, puis il a poursuivi ses apprentissages à l'Université d'État de Bowling Green, en Ohio. Disons simplement qu'il n'est pas près de cracher sur l'occasion de prendre part au Super Bowl, même si ce doit être depuis les lignes de côté. Après tout, il touche à son rêve.

Ça a été une étape à la fois, mais ça m’a pris neuf ans pour réaliser mon rêve.

Ryan Hunter, joueur de ligne offensive des Chiefs de Kansas City

Sa mère abonde dans le même sens. Nous, peu importe, sur le terrain ou non, on s’en va le soutenir et vivre l’expérience d’un Super Bowl avec notre garçon, renchérit Louise Hunter.

Juste le fait qu’il ait signé un contrat avec une équipe en 2018, c’est quelque chose que personne n’avait encore fait dans notre communauté!

Nostrada-Ryan

Une discussion avec cette secrétaire de l'École secondaire catholique Algonquin suffit pour mesurer la fierté débordante qu'elle a pour son fils.

Assise au domicile familial, elle replonge dans ses souvenirs pour révéler une prédiction qu'avait faite un jeune Ryan Hunter, alors en septième année.

On regardait les professionnels et il se tourne vers nous et nous dit ''Un jour, maman, ce sera mon rêve d’être à un Super Bowl''.

La mère de deux garçons n'arrivait pas à y croire, mais au fil du temps, son fils aîné lui a prouvé qu'il n'était pas qu'ambitieux. Il était aussi déterminé.

C’est tellement un but que tu penses que tu ne réaliseras pas. Tous les jeunes veulent jouer pour la Coupe Stanley ou le Super Bowl, dit-elle. On lui a toujours dit de ne pas arrêter de rêver. Et il va le réaliser dans deux semaines!

Le rêve, toute la famille le vivra à Miami. Le Franco-Ontarien a eu la confirmation, après la victoire des Chiefs en finale du championnat de l'Américaine dimanche, que toute la petite famille aura droit à son billet pour accéder au Hard Rock Stadium, où aura lieu le 54e Super Bowl.

C’est vraiment excitant pour eux parce qu'ils ont fait beaucoup de sacrifices pour moi depuis que j’ai quitté la maison, il y a 10 ans, précise Ryan. Être capable d'obtenir des billets pour eux pour le Super Bowl, c’est pas mal cool!

L'athlète de North Bay pourra compter sur l’appui de sa copine, de ses parents, Ken et Louise Hunter, de son frère Scott et de sa conjointe, ainsi que son oncle maternel.

On va crier très fort pour lui et je vais apporter mon drapeau canadien et on va le faire voler au vent à Miami, promet Louise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Football