•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dendroctone du pin : le froid offre un répit à la forêt boréale

Gros plan sur le corps du dendroctone du pin, un coléoptère qui cause des ravages dans les forêts de l'ouest canadien.

Le dendroctone du pin ravage les forêts de l'Ouest canadien.

Photo : Ministère des Forêt de la Colombie-Britannique / Ward Strong

Andréane Williams

La récente vague de froid qui s’est abattue sur l’Alberta pourrait ralentir l’invasion du dendroctone du pin dans la province, selon un professeur d'entomologie forestière à l'Université de l'Alberta.

Les températures polaires des dernières semaines ont fait le bonheur du scientifique Nadir Erbilgin qui étudie depuis des années le comportement de ces insectes qui ravagent les forêts de l'Ouest canadien.

Les larves du dendroctone supportent très mal le froid. C’est pourquoi j’aurais aimé que la vague de froid se poursuive. Cela aurait assuré un plus haut taux de mortalité de ces insectes, explique le chercheur.

Nadir Erbilgin dans son laboratoire.

Nadir Erbilgin s'inquiète des ravages causés par le dendroctone du pin dans la forêt boréale.

Photo : Radio-Canada

Selon le gouvernement, les vagues de froid de 2019 ont réduit de 70 % le nombre de pins attaqué par le parasite, ce que confirme Nadir Erbilgin. Les dendroctones sont en difficulté en Alberta en ce moment avec le froid, dit-il. C'est donc difficile pour eux de continuer leur progression vers l'est du pays.

Des dendroctones dans un petit bocal.

Le professeur Nadir Erbilgin étudie les dendroctones dans son laboratoire de l'Université de l'Alberta depuis de nombreuses années.

Photo : Radio-Canada

Conséquences des changements climatiques

Pour les forêts albertaines, ce répit pourrait cependant être de courte durée.

Autrefois confiné à la Colombie-Britannique, le coléoptère s'est introduit en Alberta il y a une quinzaine d'années. Depuis 2006, près de 2 millions d'hectares ont été ravagés dans la province.

L'adoucissement des hivers causé par les changements climatiques pourrait permettre à l’insecte de se propager dans toute la forêt boréale canadienne. Si les dendroctones tuent tous les pins gris de la forêt boréale, on va assister à un désastre écologique [...] parce qu'il s'agit d'une espèce indigène qui ne peut pas être remplacée, affirme Nadir Erbilgin.

Un problème complexe

Selon les chercheurs, le défi majeur est de contrer la reproduction exponentielle de l’insecte, dont les femelles peuvent pondre jusqu'à 200 oeufs.

Il doit y avoir un très haut taux de mortalité des larves durant l’hiver pour éradiquer une population. On parle d’au moins 95 %, parce que ces insectes se reproduisent très rapidement, explique Caroline Whitehouse, spécialiste en santé forestière auprès du gouvernement albertain.

Caroline Whitehouse fait face à la caméra.

Selon Caroline Whitehouse, spécialiste en santé forestière pour le gouvernement de l'Alberta, les hivers albertains ne suffisent plus à contrer la progression des dendroctones du pin.

Photo : Radio-Canada

Depuis 2006, le gouvernement provincial a investi 560 millions de dollars pour lutter contre les dendroctones.

Caroline Whitehouse dit que ces investissements sont essentiels compte tenu du réchauffement climatique. Nos hivers s’adoucissent. Nous ne pouvons donc plus compter sur le froid pour contrôler ces insectes. Il faut travailler avec l'industrie forestière et investir en recherche, affirme-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Animaux