•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kétel Assé entame sa marche vers la NFL

Kétel Assé regarde vers le ciel durant l'hymne national.

Kétel Assé (archives)

Photo : Yan Doublet

Guillaume Piedboeuf

De retour de Californie où il s'est frotté à des espoirs universitaires américains, Kétel Assé est officiellement dans le collimateur de la NFL. Épaulé par son agent Sasha Ghavami, le bloqueur du Rouge et Or a bien l’intention de suivre le chemin tracé par Laurent Duvernay-Tardif, Antony Auclair et Mathieu Betts, ces dernières années.

Fraîchement revenu de Pasadena, où il a pris part au NFLPA Collegiate Bowl, de lundi à samedi, Kétel Assé ne cache pas que son expérience contre des espoirs américains du prochain repêchage a été marquée de hauts et de bas.

La plus grosse différence avec le football universitaire canadien, c’est vraiment la grosseur des joueurs. Ici, je me considère comme un gros bonhomme, mais là-bas j’étais presque dans la moyenne, lance le colosse de 2 mètres (6’7’’) et 138 kg.

Puis il y a la vitesse d’exécution, poursuit-il. À Laval, je me suis entraîné contre Mathieu Betts, qui était très rapide, mais là presque tous les joueurs de lignes défensives avaient cette vitesse-là.

Des équipes de la NFL intéressées

Limité à trois séries offensives durant le match de samedi, à Pasadena, Assé admet que son rôle de substitut l’a un peu laissé sur sa faim, mais il s’est assuré de profiter pleinement de la semaine d’entraînement. Il a d’ailleurs suffisamment impressionné les recruteurs pour obtenir des entrevues avec dix formations de la NFL.

Être sur un terrain de football et ne pas être le meilleur, c’est quelque chose qui vient me chercher. Je suis un compétiteur dans l’âme. C’est ce que je disais aux recruteurs. J’aime apprendre, mais surtout quand ça se fait dans la compétition. Je suis prêt à travailler encore plus fort maintenant que je sais mieux ce que ça prend pour atteindre la NFL.

Kétel Assé

Le bloqueur veut mettre toutes les chances de son côté pour obtenir une opportunité dans la grande ligue. C’est pourquoi il a choisi de s’associer avec l’agent Sasha Ghavami, celui-là même qui a aidé Laurent Duvernay-Tardif et Antony Auclair à atteindre la NFL.

Sur les traces de Duvernay-Tardif au Tennessee

Comme ces deux derniers lors de leur année de repêchage, Assé a passé quelques semaines au Tennessee, début janvier, pour s’entraîner avec le préparateur physique Charles Petrone.

On habitait chez lui avec sa famille. On se levait à 5h du matin et on ne faisait que s’entraîner, manger et dormir, relate le natif d’Haïti.

Kétel Assé en action

Kétel Assé est le bloqueur à gauche partant du Rouge et Or depuis la saison 2017.

Photo : mathieu belanger / Mathieu Belanger

L’entraînement n’a rien à voir avec ici. On se sert de notre propre poids. Je n’ai jamais touché de bench press. C’était beaucoup de la flexibilité des hanches et après 14 jours je voyais déjà une grosse différence.

À Knoxville, Assé était accompagné par quelques espoirs américains, mais également par le demi défensif des Carabins Marc-Antoine Dequoy, un autre client de Ghavami qui espère avoir une chance dans la NFL.

La rivalité mise de côté

Marc-Antoine et moi, on a joué ensemble au cégep à Montmorency, mais on s’était éloigné depuis quatre ans. Maintenant que nos carrières universitaires sont finies, on a eu beaucoup de plaisir et on s’est taquiné avec Montréal et Laval.

Les deux athlètes n’excluent pas de retourner quelques semaines s’entraîner ensemble au Tennessee, cet hiver, et ils pourraient tenir conjointement leur Pro Day, où des dépisteurs de la NFL et de la Ligue canadienne de football se déplaceront au Québec pour les voir à l’oeuvre lors de tests physiques et d'exercices à 1 contre 1.

Marc-Antoine Dequoy

Marc-Antoine Dequoy

Photo : Carabins de l'Université de Montréal / James Hajjar

Entre préparation physique, cours de yoga, études et football, l’hiver s’annonce bien rempli pour Kétel Assé. Il n’a qu’une chance de réaliser son rêve de percer la Ligue nationale de football, se plaît à rappeler l'athlète de Montréal-Nord.

Moins de 1% des joueurs de football obtiennent ne serait-ce qu’une chance de compétitionner pour un poste dans la NFL. C’est extrêmement difficile, mais il faut que tu y crois. Si tu ne crois pas en toi, personne ne va le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Football