•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après la disparition de son chien, une femme de Buckingham lance un appel aux micropuces

Vango tend la patte.

Vango le chien a été reconnu par une citoyenne bienveillante qui a vu des avis de disparition sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

Radio-Canada

Si Vango le chien a été retrouvé sain et sauf après sa disparition de la cour clôturée de sa propriétaire dans le secteur de Buckingham, lundi matin, ce n’est que par pur hasard.

Une cour arrière sécurisée, qui donne sur un stationnement public où une butte de neige a été amassée contre la clôture... Selon la propriétaire de Vango, Josée Francoeur, tout indiquait un enlèvement. Il y avait des traces de bottes dans la butte de neige, raconte-t-elle.

À une demi-heure d’autoroute de là, à Gatineau, un couple se présente à la SPCA de l’Outaouais et fait enregistrer au nom d’Axel un chien qu’il dit avoir reçu de la part d’une femme enceinte.

Le hasard a ensuite conduit ces deux individus à l’animalerie où Vango a suivi ses cours d’obéissance. Le gérant de l’animalerie Au royaume des animaux, Yves Jodouin, a rapidement reconnu le chien qu’il a entraîné pendant sept semaines.

Yves Jodouin pose pour la caméra dans une animalerie.

Yves Jodouin est maître-chien.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

En moins d’une minute de recherche, sa collègue Lydia Blouin tombe sur des publications qui circulent sur les réseaux sociaux faisant appel à l’aide du grand public pour retrouver ce même chien.

Mme Francoeur et la police sont appelées, et Vango sera réuni avec sa propriétaire. L’avoir fait sur le spot pendant qu'il était ici dans le magasin, c’était un coup de maître, lance l’éducateur de chiens.

Le micropuçage devrait-il être obligatoire ?

Le directeur adjoint de la SPCA de l'Outaouais, Maxime Daigle, a rencontré le couple qui aurait tenté de s’approprier le chien quand celui-ci s’est présenté dans les locaux de son organisme.

Il raconte qu’en arrivant, le couple en possession de Vango demandait à faire scanner l’animal pour savoir s'il possédait une micropuce. Ce chien-là n’était pas micropuçé, dit-il.

M. Daigle croit que Gatineau devrait suivre l’exemple de Montréal et de Laval, qui obligent le micropuçage des animaux domestiques, à quelques exceptions près, depuis le 1er janvier dernier.

La micropuce est lue grâce à un appareil prévu à cet effet.

Une micropuce est une capsule de la taille d'un grain de riz qui s'insère sous la peau de l'animal.

Photo : iStock

Il est convaincu que ces capsules électroniques qui s’insèrent sous la peau des animaux offrent un avantage à leurs propriétaires, et il espère que les conseillers municipaux de Gatineau seront d’accord avec lui.

Mme Francoeur a d'ailleurs décidé de munir Vango d'une micropuce. Cela permettra de l'identifier plus facilement à l'avenir.

Si Vango avait été micropucé, l’histoire se serait arrêtée là.

Josée Francoeur, propriétaire de Vango

Le SPVG saisi du dossier

Josée Francoeur a porté plainte contre le couple en question, et le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) enquête présentement sur un cas possible de vol de propriété dans la disparition de Vango.

Selon l’agente Andrée East du SPVG, la police procédera en considérant la subtilisation de l’animal domestique comme un crime contre la propriété.

Le travail des enquêteurs sera de déterminer que le chien a été subtilisé, et que les gens savaient qu'ils étaient en possession d'un bien criminellement obtenu, confirme-t-elle.

La prochaine étape du SPVG sera de récolter les éléments nécessaires à l'enquête et de rencontrer les personnes impliquées dans le dossier.

Une femme sourit à la caméra.

La peintre Josée Francoeur est soulagée d'avoir retrouvé son chien Vango.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

De son côté, Mme Francoeur se fait toujours du souci pour son chien de cinq mois, qu’elle décrit comme étant nerveux et effrayé après sa mésaventure. Elle aussi a eu la peur de sa vie.

Je pense que n'importe quelle personne qui a un animal de compagnie va comprendre très bien que ces animaux-là, c'est le cœur de la famille. C’est nos amis, dit-elle entre les larmes, soulagée d’avoir retrouvé Vango.

Avec les informations de Claudine Richard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !