•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rio Tinto IOC à Matimekush-Lac John : réconciliation à l’horizon

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le directeur général d'IOC à Sept-Îles, Benoit Méthot, le chef de la commmunauté innue de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie et le chef des opérations d'IOC, Chantal Lavoie.

De gauche à droite : le directeur général d'IOC à Sept-Îles, Benoit Méthot, le chef de la commmunauté innue de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie, et le chef des opérations d'IOC, Chantal Lavoie

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Une délégation de Rio Tinto s’est rendue à Schefferville la semaine dernière pour rencontrer le conseil des Innus de Matimekush-Lac John. Cette visite de courtoisie pourrait mener à la réconciliation des parties.

Une dizaine de personnes de l’entreprise Rio Tinto, dont le directeur général d’IOC à Sept-Îles, Benoit Méthot, le chef des opérations de la minière, Chantal Lavoie, et des avocats, ont été accueillies par le conseil de bande à l’aéroport de Schefferville.

Une dizaine de personnes marchent vers la caméra. Un avion est en arrière-plan.

Les représentants de Rio Tinto à leur sortie de l'avion à l'aéroport de Schefferville

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Le chef de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie, a fait visiter sa communauté à la délégation. Il a aussi tenu à montrer les cicatrices laissées sur le territoire par la minière.

Pendant 28 ans, IOC exploitait des gisements de fer dans la région de Schefferville. En 1982, le départ de la compagnie a entraîné un exode de la population et la démolition d'une grande partie des infrastructures de la ville. La minière a aussi laissé d’énormes trous un peu partout sur le territoire, au Québec et au Labrador.

Trois hommes devant un grand trou dans le sol.

Le chef de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie, montre les trous laissés par la compagnie minière IOC sur le territoire.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Près de 40 ans plus tard, les dirigeants actuels d'IOC et les Innus de Matimekush-Lac John veulent ouvrir le dialogue à propos du passé. Après la visite, les parties ont partagé un repas et ont discuté pendant plusieurs heures.

Discussions confidentielles

Il est impossible de savoir exactement ce qui s’est dit pendant cette rencontre. IOC a refusé nos multiples demandes d’entrevue et les réponses du chef Réal Mckenzie restent très vagues.

Je ne peux pas révéler les discussions, il faut respecter ça.

Réal Mckenzie, chef du conseil des Innus de Matimekush-Lac John

Par contre, cette visite survient pendant qu'un litige persiste entre les deux parties. En 2013, les Innus de Matimekush-Lac John et ceux de Uashat mak Mani-utenam ont conjointement poursuivi la minière pour 900 millions de dollars.

Les Innus allèguent qu'IOC a occupé illégalement leur territoire pendant près de 30 ans et que leurs droits ancestraux ont été violés. Des procédures judiciaires sont toujours en cours et plusieurs rencontres entre les parties ont eu lieu pour faire avancer le dossier.

Une affiche annonçant un danger devant un grand trou dans le sol.

Un trou creusé par la compagnie minière IOC à Schefferville pour la mine de fer

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Réal Mckenzie espère toutefois que cette nouvelle rencontre avec Rio Tinto mènera à une entente à l'amiable dans ce dossier.

C’est un départ, un début de discussion, dit-il. C’est très encourageant. Il y a une volonté puis une bonne foi de vouloir régler ce passé-là. Les Innus de Matimekush-Lac John étaient les occupants avant, pendant et après la fermeture de la compagnie minière IOC.

Réal Mckenzie affirme qu’une future entente pourrait notamment comprendre des redevances, des emplois et de la formation pour les membres de sa communauté.

De son côté, dans un courriel, la compagnie Rio Tinto a qualifié d'excellentes les rencontres tenues à Schefferville et affirme vouloir maintenir le dialogue.

Un groupe de personnes devant une pente de neige. Le chef pointe du doigt le haut de la pente.

Le chef de Matimekush-Lac John montre une glissade improvisée par des membres de la communauté à ses visiteurs.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Ekuanitshit, un exemple

Un autre événement donne espoir à Réal Mckenzie de conclure une entente avec la minière. En novembre, la communauté innue d’Ekuanitshit et la minière Rio Tinto Fer et Titane ont conclu une entente selon laquelle la minière doit soutenir le développement de la communauté. En échange, Ekuanitshit s’engage à appuyer la mine dans ses projets.

Selon Réal Mckenzie, bien que les revendications de Matimekush-Lac John et de Uashat mak Mani-Utenam ne soient pas les mêmes, l’entente avec Ekuanitshit montre une volonté de la part de Rio Tinto de s’entendre avec les communautés autochtones.

Il a été impossible de joindre le chef de Uashat mak Mani-utenam, Mike Mckenzie, pour obtenir ses commentaires sur le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !