•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoulements se poursuivront après la fermeture de Northern Pulp

Manifestants contre la papetière Northern Pulp à Pictou, en Nouvelle-Écosse, le 6 juillet 2018.

La communauté de Pictou Landing n’a pas été consultée sur ce prolongement, pour cause de nettoyage.

Photo : Radio-Canada / CBC/Nic Meloney

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse a indiqué mardi que l'eau de la chaudière de l'usine Northern Pulp et les rejets d'un tuyau d'évacuation continueraient de s'écouler dans un étang d'épuration de Boat Harbour après la date limite du 31 janvier déterminée pour la fermeture de l'installation.

Stephen McNeil a expliqué qu'il y aura une fermeture ordonnée pendant que l'usine sera aménagée pour l'hiver, mais qu'il faudra du temps pour nettoyer ce qui reste dans la chaudière et la canalisation qui mène à Boat Harbour.

La province est responsable du nettoyage et M. McNeil dit qu'il faudra probablement jusqu'à la fin avril pour nettoyer, fermer et débrancher la canalisation de l'usine.

M. McNeil maintient que le processus ne contrevient pas à la Loi sur Boat Harbour, car aucun nouvel effluent ne se déversera dans le plan d'eau près de la Première nation de Pictou Landing.

Cependant, la loi stipule que la réception et le traitement des effluents de l'usine doivent cesser le 31 janvier. Selon les règlements fédéraux mentionnés dans la loi, les effluents sont définis comme les eaux usées d'une usine.

Déceptions à Pictou Landing

Dans un communiqué de presse publié mardi, la chef de la Première nation de Pictou Landing, Andrea Paul, a exprimé sa déception parce que sa communauté s'attendait à la fermeture complète de Boat Harbour d'ici le 31 janvier.

Nous nous attendions à un arrêt complet des actions de traitement dans Boat Harbour… Northern Pulp aurait pu commencer à vidanger ses tuyaux, il y a des semaines, afin de terminer les travaux de nettoyage avant la date du 31 janvier , a déclaré la chef de la communauté autochtone par voie de communauté.

Andrea Paul s'adresse à la foule dans le gymnase

La chef de la Première Nation de Pictou Landing, Andrea Paul, dit fermement qu'il ne faut pas changer l'échéance du 31 janvier.

Photo : CBC

Elle ajoute aussi que la communauté de Pictou Landing n’a pas été consultée sur ce prolongement, pour cause de nettoyage.

En effet, si l’entreprise va bien cesser ses activités le 31 janvier 2020, des travaux de nettoyage des tuyaux et de démantèlement site vont continuer jusqu’en avril. Et ceux-ci risquent d’entraîner de nouveaux déversements dans Boat Harbour, après la date limite.

À ce sujet, le premier ministre de Nouvelle-Écosse a déclaré que le gouvernement est en train de s’occuper de cette situation et qu’il faisait tout ce qui était possible pour respecter la loi provinciale de 2015.

Le premier ministre désigné, Stephen McNeil.

Le premier ministre, Stephen McNeil, dit travailler avec l’entreprise Northern Pulp sur la meilleure façon de procéder au nettoyage du site et à la fermeture de la papetière.

Photo : CBC/Robert Short

Aucun nouvel effluent n’entrera dans Boat Harbour à partir du 31 janvier. Notre engagement a été respecté envers la Première nation de Pictou Landing et nous continuerons de travailler avec eux , a-t-il déclaré.

Il a ensuite ajouté : la réalité est que nous avons aussi un problème avec ce tuyau. Et nous ne pouvions rien faire jusqu’au 31 janvier.

Le premier ministre de Nouvelle-Écosse a confié qu’il était en discussion avec l’entreprise sur la meilleure façon de procéder au nettoyage et à la fermeture de la papetière.

Vers une fermeture pour cause environnementale

Depuis sa création en 1967, Northern Pulp déverse ses eaux usées dans l’estuaire de Boat Harbour.

Boat Harbour.

Boat Harbour a été contaminé par les effluents de la papetière Northern Pulp depuis plus de 50 ans.

Photo : CBC / Steve Lawrence

Les rejets de la papetière sont filtrés, mais l’usine qui s’en occupe est dysfonctionnelle et laisse passer des métaux lourds. Des polluants qui s’accumulent dans l’estuaire depuis des décennies.

Une loi provinciale a ordonné à la papetière Northern Pulp de cesser de déverser ses effluents à Boat Harbour à compter du 31 janvier 2020.

L’entreprise avait réclamé un délai pour adapter ses infrastructures. Le mois dernier, le premier ministre Stephen McNeil a rejeté la demande de délai supplémentaire de l’entreprise.

Comme l’entreprise n’a pas réussi à faire les changements, elle sera obligée de fermer ses portes le 31 janvier 2020. Ceci va provoquer la perte de plus de 350 emplois dans la région.

Le gouvernement de Nouvelle-Écosse a promis de décontaminer et de remettre Boat Harbour dans l’état où il se trouvait avant l’arrivée en 1967 d’une usine, et de redonner au lieu ses caractéristiques originelles d’estuaire sous l’influence des marées.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Protection des écosystèmes