•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC enquête sur la campagne à la direction du PCU de Jeff Callaway pour fraude

Jeff Callaway s'adresse aux médias qui tiennent micros et caméras.

Jeff Callaway a reçu 94 385 $ de dons pendant sa campagne.

Photo : CBC / Glenn Francey

Audrey Neveu

CBC/Radio-Canada a appris que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) enquête maintenant sur la campagne à la direction du Parti conservateur uni (PCU) de Jeff Callaway, en 2017. Les policiers croient que les donateurs de Jeff Callaway pourraient avoir été fraudés.

Une source confidentielle très au fait de l’enquête nous a confirmé l’intérêt de la police fédérale. Radio-Canada a accepté de protéger l’identité de cette source, car elle n’est pas autorisée à parler de l’enquête en cours.

L’an dernier, CBC/Radio-Canada a dévoilé des documents démontrant une collaboration étroite entre l’équipe de campagne de Jeff Callaway et celle de Jason Kenney, l’actuel premier ministre albertain. Le but de la campagne de Jeff Callaway à la direction du nouveau parti aurait été de nuire à la candidature de Brian Jean, alors chef du Parti Wildrose, au profit de celle de Jason Kenney, alors chef des progressistes-conservateurs.

Un membre de l’équipe de Kenney avait même envoyé par courriel une date et un discours de défaite à Jeff Callaway, plusieurs semaines avant son abandon. Jeff Callaway et Jason Kenney nient ces allégations.

Jeff Callaway et Jason Kenney se serrant la main

Jeff Callaway a abandonné la course trois semaines avant le vote et donné son appui à Jason Kenney.

Photo : Campagne de Jason Kenney

Le Parti conservateur uni dit ne pas être concerné par cette enquête et nous a suggéré de s'adresser à Jeff Callaway, qui n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues.

Des donateurs interviewés par la GRC

Plusieurs donateurs de la campagne de Jeff Callaway ont reçu la visite de la GRC. C’est le cas de Lee Eddy, un résident d’Innisfail, une communauté située à une heure au nord de Calgary.

C’est un militant de longue date du mouvement conservateur : il était membre du Parti Wildrose depuis 2007 et est donc devenu automatiquement membre du PCU en 2017, après la fusion du Parti Wildrose et du Parti progressiste-conservateur de l’Alberta.

Lee Eddy est un homme aux cheveux blancs et aux petites lunettes rondes.

Lee Eddy, un militant conservateur de longue date, n'est pas outré que la campagne de Jeff Callaway ait collaboré avec celle de Jason Kenney pour faire élire ce dernier.

Photo : David Gray

À l’époque, Lee Eddy a donné 500 $ à la campagne de Jeff Callaway pour soutenir sa campagne à la direction du nouveau parti. Mon but ultimement, c’était que Brian Jean ne prenne pas le pouvoir, affirme Lee Eddy. L’entrepreneur avait l’impression que Brian Jean ne représentait pas bien les valeurs du Parti Wildrose et qu’il s’était lancé dans la course pour son seul intérêt personnel.

En octobre 2019, un policier de la GRC a cogné à la porte de Lee Eddy et lui a posé plusieurs questions sur sa contribution à la campagne de Jeff Callaway et ses motivations politiques. Lee Eddy affirme qu’il croyait que la campagne de Jeff Callaway était légitime.

Je crois honnêtement que Jeff Callaway s’est initialement lancé dans la course pour promouvoir les valeurs de base du Parti Wildrose et c’est pour ça que je lui ai donné de l’argent.

Lee Eddy, donateur de la campagne de Jeff Callaway à la direction du PCU

Lors d’une deuxième visite peu de temps après, les policiers ont pris une copie du chèque de Lee Eddy à la campagne de Jeff Callaway.

Des donateurs mis à l'amende

Parmi les 44 donateurs de la campagne de Jeff Callaway, 14 ont été mis à l’amende par le commissaire aux élections de l’Alberta pour avoir fait un don avec de l’argent qui ne leur appartenait pas. Jeff Callaway a quant à lui reçu un total de 70 000 $ d’amendes, qu’il conteste en cour. Son codirecteur de campagne Cameron Davies, sa directrice financière Lenore Eaton et l'homme d’affaires Robyn Lore, ainsi que deux entreprises de ce dernier, ont aussi reçu d’importantes amendes.

Présenter un « faux candidat » constitue-t-il une fraude ?

L’avocat spécialisé en droit pénal André Ouellette croit que le cas de la campagne de Jeff Callaway pourrait bel et bien constituer une fraude. L'essence d'une fraude, c'est une fausse représentation pour obtenir un bénéfice, explique l’avocat.

Si les donateurs de Jeff Callaway s'attendaient à une véritable campagne de la part de Jeff Callaway et qu'au fond, pour M. Callaway, c'était un stratagème pour diriger des votes et de l'argent vers l'autre candidat, M. Kenney, à ce moment-là, il y aurait probablement une fraude, parce M. Callaway a obtenu un bénéfice : l'argent et possiblement les votes de ces gens-là, continue-t-il.

Il y a eu une fausse représentation. On a mené les donateurs à croire que c'était véritablement Callaway qui se présentait et que l'argent serait dirigé vers Callaway et les votes aussi.

André Ouellette, avocat spécialisé en droit pénal

La professeure titulaire à l’Université de Montréal Anne-Marie Boisvert n’est pas aussi catégorique. Il faut un acte malhonnête et une privation [pour constituer une fraude], explique la spécialiste du droit pénal.

Cela couvre une vaste gamme de comportements, mais la notion de privation [veut dire] tout bien, argent ou valeur, soit un préjudice de nature économique, croit-elle.

Il n’est pas certain que l’exercice d’un droit de vote entre dans cette catégorie, surtout que le droit de vote est hors commerce.

Anne-Marie Boisvert, professeure titulaire, Faculté de droit de l'Université de Montréal

Elle ajoute qu’il serait possible pour les policiers de déposer des accusations en vertu d’autres articles du Code criminel reliés à la fraude ou simplement en vertu de la loi électorale albertaine.

Le professeur de sciences politiques à l’Université Mount Royal Duane Bratt croit que cette enquête est très importante, car elle touche le premier ministre albertain. Si c’est seulement Jeff Callaway et son entourage qui sont accusés, c’est une chose, mais si des membres de l’équipe de Kenney sont accusés, ça atteint un autre niveau politique, explique-t-il. Aucune accusation n’a été déposée dans ce dossier.

Des membres du parti peu concernés

Lee Eddy n’est pas outré que la campagne de Jeff Callaway ait pu être dirigée par celle de Jason Kenney. Pour moi, c’est un enjeu secondaire. C’est seulement de la politique, lance Lee Eddy dans un éclat de rire.

Il est toutefois beaucoup plus inquiet de la possible fraude lors du vote de la course à la direction du PCU, en octobre 2017. CBC/Radio-Canada a dévoilé que de faux courriels ont été utilisés pour voter à la place de membres, à leur insu. La GRC enquête également sur ce dossier.

C’est la base de notre démocratie. Un vote, c’est un vote. Si [des membres du parti] peuvent s’abaisser à ce point, quel est le but d’appartenir au parti alors?, s’interroge Lee Eddy.

Avec la collaboration de Carolyn Dunn, Allison Dempster, Bryan Labby et Drew Anderson (CBC News)

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Politique provinciale

Politique