•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un entrepreneur de Sept-Îles veut passer de l’industrie lourde à celle du cannabis

Une main gantée montre une feuille de cannabis dans une usine de production de cette plante.

Stéphane Blanchette espère pouvoir commencer la culture de cannabis cette année.

Photo :  CBC

Face au marasme de son entreprise dans le domaine l’industrie lourde, un entrepreneur de Sept-Îles veut transformer les installations de sa compagnie pour se tourner vers un domaine tout autre : la culture du cannabis.

Ça ne pourra pas être pire que la situation dans laquelle on est présentement, dit Stéphane Blanchette, qui parle ouvertement du stress que lui occasionne son entreprise actuelle, Regarnissage industriel.

On veut changer les activités, et avoir quelque chose de plus relax. Ça fait plusieurs années que je cours, et je réalise que je cours dans le vide, raconte-t-il.

L'entrepreneur Stéphane Blanchette.

L'entrepreneur Stéphane Blanchette.

Photo : Site web de Regarnissage industriel

Ayant pignon sur rue dans le secteur industriel Vigneault de Sept-Îles, le bâtiment de Regarnissage industriel doit être transformé en micro culture intérieure de cannabis.

Il faut obtenir première le financement. S'installer. Après ça, Santé Canada va venir visiter nos installations et nous [délivrer] notre permis avec peut-être quelques recommandations s'il y a des affaires à ajouter, explique M. Blanchette.

Il dit déjà avoir obtenu une partie du financement nécessaire pour lancer cette nouvelle entreprise qu'il a baptisé Canna Bio. Son bâtiment doit être rénové avant d'obtenir le permis de Santé Canada.

Un petit bâtiment industriel.

Le bâtiment de Regarnissage industriel que Stéphane Blanchette veut transformer pour y faire la culture de cannabis.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

L’entrepreneur espère entamer les travaux de rénovation au printemps et débuter la production de cannabis dès l’automne prochain.

Il espère que cette nouvelle industrie sera plus profitable que le service à l'industrie lourde, où il se plaint notamment des longs délais avant de se faire payer.

Ça fait 18 ans qu'on est en entreprise et on a de la misère à faire de l'argent. Les compagnies nous payent très tard, explique Stéphane Blanchette, qui a présentement l’impression de financer les multinationales.

Une affiche sur un mur de l'immeuble de Regarnissage industriel.

Regarnissage industriel offre des services aux grandes entreprises de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Son objectif principal serait de vendre sa production à la SQDC, mais Stéphane Blanchette réfléchit aussi à la possibilité de produire du cannabis médical.

Acceptabilité sociale

Même si certaines personnes voient toujours le cannabis d’un mauvais œil, l’homme d’affaires ne craint pas trop la perception négative face à son entreprise et croit que les mentalités évoluent. Il compare son projet d’entreprise à celui d’une micro-brasserie et le cannabis aux boissons alcoolisées.

On est rendu en 2020, je pense que tout le monde en parle. […] Ce n’est pas pire que la boisson, je vois ça au même quasiment au même niveau, avec les mêmes règles, juge-t-il.

L'entrepreneur dit avoir reçu une lettre de la Ville de Sept-Îles lui indiquant qu'il pourrait faire la culture de cannabis.

Du côté de la municipalité, le maire Réjean Porlier dit ne pas avoir reçu de demande officielle de permis, mais être ouvert à autoriser une telle production de cannabis dans le secteur industriel Vigneault.

Il y a des démarches qui ont été faites auprès de notre service d’urbanisme. Nous on ne voyait pas de problèmes à ce moment-là, puisque qu’on avait justement désigné ce secteur-là, celui du parc Vigneault, pour ce type d’entreprise-là, explique M. Porlier.

Il croit que la Ville ne peut se mettre la tête dans le sable face à cette nouvelle industrie et que ce type de projet peut être bénéfique s’il est fait en prenant en compte les intérêts de la communauté.

Selon le maire, aucun permis de production de cannabis n’a été délivré pour le territoire de la ville de Sept-Îles.

Stéphane Blanchette pourrait donc être le précurseur de l'industrie dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Entrepreneuriat