•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cas du nouveau coronavirus confirmé dans l'État de Washington

Deux hommes portant des masques marchent à l'extérieur. Une femme à leur côté ne porte pas de protection.

Le nombre de morts de la nouvelle épidémie de coronavirus est passé à six dans la ville centrale de Wuhan en Chine, a déclaré le maire de la ville à la télévision d'État.

Photo : Associated Press / Mark Schiefelbein

Radio-Canada

Un résident de la région de Seattle qui est rentré d’un voyage en Chine la semaine dernière a reçu un diagnostic du nouveau coronavirus, analogue au SRAS, qui a provoqué la mort de six personnes en Chine, ont déclaré mardi des responsables américains de la santé.

L'homme d'une trentaine d'années est retourné dans la région de Seattle après avoir voyagé dans la région de Wuhan, où l'épidémie a commencé. Il est soigné dans un hôpital d'Everett, en dehors de Seattle.

Selon les autorités de la santé, il n'est pas considéré comme une menace pour le personnel médical ou le public.

Les autorités ont déclaré qu'il n'avait aucun symptôme à son arrivée à l'aéroport de Seattle-Tacoma, mais qu'il avait consulté un médecin dimanche lorsqu'il a commencé à se sentir malade.

Plusieurs personnes tenant des valises portent de masques respiratoires.

Les autorités de nombreux pays à risque procèdent à des contrôles systématiques à l’arrivée des vols en provenance des zones à risques.

Photo : Getty Images / AFP / Nicolas Asfouri

Les États-Unis sont le cinquième pays à déclarer avoir dépisté la maladie, après la Chine, la Thaïlande, le Japon et la Corée du Sud.

À la fin de la semaine dernière, les autorités sanitaires américaines ont commencé à contrôler les passagers du centre de la Chine dans les aéroports américains. Des responsables du monde entier ont mis en place des dépistages semblables à l'aéroport dans l'espoir de contenir le virus alors que les déplacements vers la Chine s'intensifient à l'approche du Nouvel An lunaire.

De nouvelles mesures de prévention aux aéroports

L’aéroport de Vancouver suit les instructions de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), qui a indiqué qu'elle mettait en œuvre de nouvelles mesures dans les aéroports internationaux de Vancouver, Montréal et Toronto, qui ont des vols directs en provenance de Chine.

La sécurité de nos passagers, de nos employés et de notre communauté est notre priorité.

Zoë Weber, spécialiste des communications, aéroport de Vancouver

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) travaille de près avec l’ASPC pour prévenir l'introduction et la propagation de maladies transmissibles au pays en appliquant la Loi sur la quarantaine à tous les points d’entrée internationaux du Canada.

Une question de contrôle supplémentaire va être posée à tous les voyageurs arrivant aux aéroports internationaux de Toronto, de Montréal et de Vancouver afin d’aider à déterminer ceux qui pourraient avoir visité Wuhan.

La question sera également ajoutée aux bornes d’inspection primaire, aux postes de contrôle frontalier automatisé et aux postes de déclaration NEXUS. Cette question vise à faciliter le repérage des voyageurs en provenance de Wuhan pour leur faire subir un contrôle plus strict à leur arrivée au Canada.

Des chinois portants des masques de protection bleus pour ne pas attraper le virus.

Les panneaux offrent des informations sur la façon de prévenir la propagation d'un coronavirus de type SRAS en Chine.

Photo : AFP / Hector Retamal

Les voyageurs qui sont allés à Wuhan seront soumis à un contrôle supplémentaire afin de prévenir la propagation éventuelle de cette maladie infectieuse au Canada. Ceux qui présentent des symptômes de type grippal seront dirigés vers un agent de quarantaine de l'ASPC. Tous les autres recevront une trousse d'information.

L’ASFC prévoit de mettre en place de la signalisation dans les halls d'arrivée des services frontaliers pour sensibiliser les voyageurs dans les aéroports de Vancouver, de Toronto et de Montréal.

Il n'y a pas de vols directs de Wuhan vers le Canada, mais ces mesures sont mises en place dans ces aéroports en raison de la forte probabilité que les voyageurs en correspondance de Wuhan arrivent au Canada dans l'un de ces trois aéroports.

Le dépistage à l'entrée n'est pas à lui seul une garantie contre la propagation éventuelle de ce nouveau virus, mais constitue un outil de santé publique important en période d'incertitude et fait partie d'une stratégie de réponse gouvernementale à plusieurs niveaux, explique l’ASFC.

Ces nouvelles mesures devraient être mises en place cette semaine dans les aéroports concernés.

Un risque faible de propagation en Amérique du Nord

L'ASPC a déclaré que le risque global de propagation de la maladie au Canada est considéré comme faible.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de Santé Canada, a déclaré qu'aucun cas n'a été signalé au Canada et que l'agence n'a eu connaissance d'aucun cas impliquant des Canadiens à l'étranger.

Trois voyageurs de Wuhan ont fait l'objet d'une enquête et ont été écartés la semaine dernière, a-t-elle expliqué.

Un homme portant un masque respiratoire pianote sur un kiosque électronique.

À l'aéroport de Daxing, à Pékin, les voyageurs doivent répondre à des questions sur leur état de santé.

Photo : Getty Images / AFP / Nicolas Asfouri

Du côté des États-Unis, le Centre national de vaccination et des maladies respiratoires (CDC) évalue comme faible le risque immédiat pour la santé du public américain.

Les États-Unis ont également commencé à contrôler les passagers des vols en provenance de Wuhan arrivant à l'aéroport international John F. Kennedy de New York, à l'aéroport international de San Francisco et à l'aéroport international de Los Angeles, qui sont les trois principaux ports d'entrée aux États-Unis.

La Dre Nancy Messonnier, directrice du CDC explique que le centre en est toujours aux premiers jours de cette enquête, tant au pays qu'à l'étranger. Toutefois, ils envisagent de contrôler 5000 passagers des vols en provenance de Wuhan aux trois aéroports identifiés.

Le Centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique (BCCDC) et les autorités provinciales et fédérales surveillent de près l'épidémie de maladie respiratoire liée à ce nouveau coronavirus.

Illustration conceptuelle montrant un coronavirus dans des poumons.

Le coronavirus peut mener à de graves infections pulmonaires, dont la pneumonie.

Photo : iStock

Le risque pour les habitants de la Colombie-Britannique est considéré comme faible.

La BCCDC surveille la situation de près et les travailleurs de la santé ont été priés d'être vigilants et de se renseigner sur les antécédents de voyage de toute personne signalant des symptômes respiratoires.

La CDC et la BCCDC prennent des mesures préventives et affirment avoir développé un test pour diagnostiquer le nouveau coronavirus qu'il prévoit partager avec ses partenaires nationaux et internationaux.

Les gens qui soupçonnent être atteint du coronavirus sont priés de le signaler immédiatement à leurs bureaux de santé local.

Dans l'ensemble, les équipes de santé publique réagissent en surveillant de près la situation, en développant un système de détection précoce des infections afin de prévenir la propagation, en informant les partenaires responsables de la prestation des soins de santé, de la santé publique et des autorités aéroportuaires informés de la situation.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

International