•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un site de revente de données personnelles fermé par le FBI

La page d'accueil de WeLinkInfo, remplie de logos d'agences gouvernementales dont le FBI.

La page d’accueil de WeLeakInfo affiche maintenant un message expliquant que le domaine a été saisi par les autorités américaines.

Photo : Capture d'écran - WeLeakInfo.com

Radio-Canada

Les autorités américaines ont saisi cette semaine le domaine de WeLeakInfo.com, un site de revente de données personnelles qui possédait plus de 12 milliards de dossiers provenant de quelque 10 000 fuites ou vols de données. 

Actif depuis plus de trois ans, le site web vendait des abonnements qui donnaient accès à des noms, à des adresses courriel, à des identifiants, à des mots de passe et à d’autres données personnelles qui pouvaient être utiles aux pirates. Il était entre autres possible d’acheter un abonnement d’un jour pour la modique somme de 2 $.

Un Néerlandais et un Irlandais, tous deux âgés de 22 ans, sont soupçonnés d’être les administrateurs de WeLeakInfo. Ils auraient été arrêtés, selon le média néerlandais NU. D’autres personnes pourraient avoir été impliquées dans la gestion du site.

Des services de police néerlandais, irlandais, anglais et allemands ont collaboré avec le FBI, le département de la Justice et d’autres agences américaines pour ce dossier.

La page d’accueil de WeLeakInfo affiche maintenant un message expliquant que le domaine a été saisi par les autorités américaines.

Des sites semblables toujours accessibles

C’est la deuxième fois qu’un tel site web est démantelé par les États-Unis. Une plateforme semblable, nommée BitSource, avait été fermée en 2017.

Toutefois, selon le média spécialisé ZDNet, au moins trois autres sites bien connus, qui fonctionnent presque de la même manière, sont encore actifs.

Côté interface, tous ces sites s’inspirent de Have I Been Pwned, une archive de données volées qui permet de vérifier gratuitement si l’une de ses adresses courriel a été dérobée par des pirates.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cybercriminalité

Techno