•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autumn Peltier critique Ottawa au forum de Davos

Une jeune fille avec des lunettes avec un arrière-plan tout rouge.

Autumn Peltier habite la Première Nation Wiikwemkoong, dans le Nord de l’Ontario. Elle est commissaire en chef de l'eau et des Grands Lacs.

Photo : weforum.org

Caroline Bourdua

Celle qui a hérité du poste de commissaire des eaux de la Nation Anishinabek croit que le gouvernement fédéral n’en fait pas assez dans le dossier des changements climatiques.

Au cours d’une discussion avec l’un des plus jeunes panels de l'histoire de ce forum mondial, l’auditoire a pu entendre le point de vue d'Autumn Peltier et celui de trois autres jeunes influenceurs, dont la Suédoise Greta Thunberg.

Je me sens entendue de la part des politiciens locaux, comme mon député Michael Mantha et Carolyn Bennett, la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, a dit Mme Peltier. Mais quand vient le temps d’avoir l’appui de leurs homologues, tout ce qui les intéresse, c’est l’argent; et pourtant, les changements climatiques sont bien réels.

Des gens assis sur une estrade devant public.

Il s’agit du plus jeune panel jamais invité au Forum économique mondial de Davos.

Photo : weforum.org

Autumn Peltier dit qu’elle n’avait que 12 ans quand elle a critiqué le premier ministre Justin Trudeau pour son laxisme face à l’eau potable dans les réserves.

Dans l’ensemble, a-t-elle expliqué, je crois qu’il y a eu des changements, car son gouvernement [Justin Trudeau] travaille fort à résoudre les problèmes. Le hic, c’est qu’à chaque fois que l’eau potable est réglée dans une Première Nation, un nouvel avis de faire bouillir l’eau fait surface dans une autre communauté.

La jeune femme a aussi indiqué que son âge (15 ans) a un impact sur le sérieux avec lequel elle est prise.

J’apprécie les éloges à mon égard, mais si vous voulez me récompenser, récompensez-moi en m’aidant à trouver des solutions, récompensez-moi en m’aidant à changer les choses.

Autumn Peltier

C’est ce que je voudrais voir arriver, a-t-elle conclu.

Quatre jeunes, trois filles et un garçon posent devant une enseigne du forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Sur la photo de gauche à droite : Natasha Mwansa de la république de Zambie, Greta Thunberg de la Suède, Autumn Peltier du Canada et Ssalvador Gomez-Colon de Puerto Rico.

Photo : Autumn Peltier/Facebook

Fierté et reconnaissance

Le chef du Grand Conseil de la Nation Anishinabek Glen Hare s’est dit très fier et impressionné par Autumn Peltier.

Elle est jeune et les gens écoutent ces jeunes, tout comme sa compatriote suédoise, dit-il.

Le chef appuie les propos d’Autumn Peltier selon lesquels il y a un manque de volonté politique pour trouver des solutions aux changements climatiques.

Un homme parle au micro.

Le chef du Grand Conseil de la Nation Anishinabek, Glen Hare, aurait aimé que Justin Trudeau soit présent à Davos pour entendre Autumn Peltier.

Photo : @AnishNation/Twitter

Il faut que cela devienne une priorité, il faut protéger l’environnement, surtout l’eau potable, dit-il.

Il cite en exemple un site d’enfouissement de déchets nucléaires qui pourrait voir le jour aux abords des Grands Lacs.

Enfouissez-les à l’intérieur des terres, là où les risques de contamination de l’eau potable sont moins élevés, souligne M. Hare.

Il déplore aussi l’absence du premier ministre canadien en Suisse.

Dans un communiqué, le gouvernement fédéral écrit que les ministres Bill Morneau, Navdeep Bains et Mary Ng seront présents à ce forum qui fête ses 50 ans cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones