•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ACFA aurait repris le contrôle du Franco pour des raisons juridiques et financières

Une du journal Le Franco.

Selon le communiqué de l'ACFA, Le Franco avait une dette de plus de 200 000 dollars en juin dernier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus d'un mois après avoir repris les rênes du journal Le Franco et congédié sa rédactrice en chef, l'Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) justifie lundi ses décisions dans un communiqué où elle reconnaît aussi sa mauvaise communication.

L’ACFA explique que les raisons qui ont motivé la reprise de la gouvernance du Franco sont en partie financières. Il est écrit dans le communiqué qu’en date de juin 2019, la dette du journal envers l’ACFA s’élevait à plus de 200 000 $.

Devant des risques soulevés par son conseiller juridique et son auditeur en lien avec son statut d’organisme de bienfaisance, l’ACFA a choisi de reprendre le contrôle du journal pour se protéger et gérer directement la dette.

L’ACFA rappelle cependant que la structure mise en place après la dissolution du conseil d’administration du Franco est temporaire.

L’organisme indique que des consultations seront menées auprès de ses membres, de la communauté francophone et d’experts. Le but étant de préciser la mission du journal, de clarifier ses besoins et de trouver une structure de gouvernance adéquate.

Pour mener à bien la période de consultations dans la province, l’ACFA a fait une demande de financement vendredi auprès de Patrimoine canadien. L’association espère obtenir jusqu’à 75 000 $ du Fonds d'appui stratégique aux médias communautaires. Toutefois, si elle ne reçoit pas d’argent, des consultations seront tout de même lancées.

« Idéalement, on aimerait procéder le plus vite possible. Ça pourrait prendre un an, ça pourrait prendre un peu plus qu’un an », dit le vice-président de l’ACFA, Albert Nolette.

Dans son communiqué, l’association écrit aussi que les « communications concernant ses décisions à l’égard du journal auraient pu être plus étendues ».

On est d’avis qu’on peut mieux communiquer avec les membres et avec notre communauté.

Albert Nolette, vice-président de l'ACFA

« Nos communications lors du dernier mois n’ont pas été à la hauteur que nous souhaitons », pense Albert Nolette, en ajoutant que l’organisme promet de s’améliorer.

Le communiqué de lundi ne fait pas mention du licenciement de la rédactrice en chef du Franco, Hélène Lequitte.

Adoption d’une charte pour la rédaction

Pour établir des principes et lignes directrices pour le bon fonctionnement du Franco pendant la période de transition, le conseil d’administration de l’ACFA a adopté le 10 janvier dernier la Déclaration des Actionnaires.

Cette déclaration de quatre articles indique notamment que les normes pour la rédaction du journal devront être conformes à la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada de l’Association de la Presse francophone.

Cette charte appelle notamment au respect des valeurs d'indépendance, d'impartialité et d'intégrité.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Alberta

Francophonie