•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 trains sur 13 en service mardi après-midi; OC Transpo garde ses autobus additionnels

Une dizaine d'autobus attendent en file le long de la rue.

Des autobus d'OC Transpo font la file pour prendre des passagers sur la rue Albert, près de l'intersection de la rue O'Connor, le mardi 21 janvier 2020, en raison d'un manque de trains sur la ligne de la Confédération.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Radio-Canada

Les usagers de la ligne de la Confédération d'Ottawa ont à nouveau dû prendre leur mal en patience, mardi, en raison d'une réduction du nombre de trains en service.

Le transporteur public ottavien utilise normalement 13 trains doubles en heure de pointe et 11 lors des périodes moins achalandées pour répondre à la demande.

Or, mardi matin, seuls neuf trains étaient en fonction sur le réseau, offrant un service toutes les sept minutes. Un train additionnel a été ajouté à l'heure de pointe de l'après-midi, pour un total de 10. Une situation semblable s'était produite lundi.

Pour pallier le manque de trains, OC Transpo a déployé des autobus additionnels au départ et à destination des stations Hurdman et Tunney's Pasture.

Des usagers attendent à la station Tunney’s Pasture du train léger à Ottawa.

Des usagers attendent à la station Tunney’s Pasture du train léger à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trepanier

Ces autobus ont offert une liaison directe vers le centre-ville d'Ottawa, entre 7 h 30 et 9 h. Pour le retour à la maison, un trajet en sens inverse vers ces deux stations était offert depuis la rue Albert, près de la rue O'Connor, de 15 h à 17 h 30.

Dans une note envoyée aux médias, le directeur général d'OC Transpo, John Manconi, a assuré que les coûts engendrés par l'ajout d'autobus seront ajoutés aux frais transférés au Groupe de transport Rideau (GTR), responsable de la construction du train léger.

Des usagers exaspérés

Les ratés de la ligne de la Confédération depuis son lancement en septembre dernier exaspèrent les usagers du réseau, qui ont dû composer avec de nombreux retards et des trains bondés.

Depuis que le train est arrivé, ça me prend le double du temps venir au travail et revenir le soir. [...] Je n'ai pas d'enfants à aller chercher, mais pour ceux qui ont des enfants, je suis triste pour eux, souligne Claudia Desnoyers, qui part de la station Blair quotidiennement.

Si certains prennent leur mal en patience et continuent d'embarquer dans le train, d'autres évaluent leurs options.

Je vais voir jusqu'à quel point les quais d'embarquement sont bondés, et si ça a l'air trop occupé, je vais prendre l'autobus.

Thierry Plante, passager du transport en commun d'Ottawa

Ça veut dire que là je dois surveiller le temps que ça me prend pour aller au travail. Puisque je dois quitter à une heure précise, peut-être que ça va avoir une incidence sur les pauses que je prends, précise Thierry Plante.

Une réunion spéciale de la Commission du transport en commun

La semaine dernière, un train a été envoyé au garage après un bris majeur du système suspendu d'alimentation électrique à la station St-Laurent.

Des trains ont aussi été retirés des rails parce que certaines parties de leurs roues se sont aplaties. Cela se produit par le frottement des roues métalliques sur les rails métalliques.

Une citoyenne membre de la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa a noté que plusieurs des problèmes survenus au cours des derniers jours, lors du premier épisode de neige et de grand froid de la saison à Ottawa, avaient été relevés lors des essais hivernaux menés l'an dernier.

Ce système n'était pas prêt à être lancé en septembre, il n'aurait pas dû l'être, et des tests supplémentaires auraient dû être effectués pour s'assurer que toutes les lacunes qui avaient été identifiées allaient effectivement être corrigées pour l'hiver à venir, a déclaré Sarah Wright-Gilbert.

Des dizaines de personnes sur un quai de la station.

Des dizaines de personnes attendent l'arrivée du train léger à la station Tunney's Pasture, le mardi 21 janvier 2020 au matin.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

La Commission du transport en commun supervise les opérations des services de train et d'autobus d'Ottawa, mais le contrat de construction de la ligne ferroviaire avait été accordé au consortium GTR.

La Ville d'Ottawa a confié à l’organisme privé Rideau Transit Maintenance l’entretien des voies ferrées, des stations et des voitures de la Ligne de la Confédération pour les 30 prochaines années.

Le système de train léger, qui a coûté 2,1 milliards de dollars, a été financé par des fonds municipaux, provinciaux et fédéraux.

Une réunion extraordinaire de la Commission du transport en commun de la Ville d'Ottawa aura lieu jeudi. Les responsables d'OC Transpo et du GTR seront présents à cette rencontre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transport en commun