•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats à la direction du PLO débattent de reconstruction et de francophonie à Ottawa

Kate Graham, Mitzie Hunter, Michel Coteau, Brenda Hollingsworth, Steven Del Duca et Alvin Tedjo assis à une table dans une grande salle devant des drapeaux du Canada et de l'Ontario.

Les six candidats à la direction du Parti libéral de l'Ontario ont débattu de relance du parti et de francophonie lors d'un débat à Ottawa, le lundi 20 janvier 2020. De gauche à droite : Kate Graham, Mitzie Hunter, Michel Coteau, Brenda Hollingsworth, Steven Del Duca et Alvin Tedjo.

Photo : Radio-Canada / Audrey Roy

Radio-Canada

Devant plus de 200 partisans, les 6 candidats à la direction du Parti libéral de l’Ontario (PLO) ont débattu, lundi soir à Ottawa, de francophonie, de plateforme, mais surtout de moyens pour relancer la formation politique, qui a essuyé un cuisant revers aux élections de 2018.

La première chose [que le nouveau chef devra faire], c’est rassembler le parti et plus de monde, a noté le chef par intérim du PLO, John Fraser, en marge du débat au Centre communautaire de Carleton Heights.

Écouter, voyager et travailler fort : ce sont trois choses très importantes pour tous les chefs.

John Fraser, chef par intérim du Parti libéral de l’Ontario

Pour certaines candidates à la direction du PLO, cette reconstruction passe d’abord et avant tout par un rapprochement avec la population.

C’est très important qu’on cherche des candidats de toute sorte de métiers, de toute sorte de backgrounds pour avoir des candidats qui représentent vraiment les Ontariens, a souligné Brenda Hollingsworth.

Je veux voir le Parti libéral être rebâti et qu’on se concentre moins sur la partisanerie et plus sur les gens, a renchéri Kate Graham, une autre femme qui aspire à diriger le PLO.

Au scrutin de 2018, le PLO n'a remporté que 7 sièges, alors qu’il en avait raflé 58 quatre ans plus tôt. Après les départs de Nathalie Des Rosiers, qui est retournée dans le monde universitaire, et de Marie-France Lalonde, élue au fédéral, et le saut d'Amanda Simard chez les libéraux, la formation politique a maintenant six députés à Queen's Park.

Un débat bilingue... avec peu de francophones

Une des façons de relancer la machine libérale en Ontario, selon Mme Graham, est de se rapprocher des francophones de l’Ontario.

Nous avons beaucoup consulté la communauté franco-ontarienne. Elle est importante pour l’Ontario et le Parti libéral de l’Ontario, a-t-elle souligné en anglais.

Si le débat d’Ottawa se voulait bilingue, bien peu de candidats ont pris la parole dans la langue de Molière, même lorsqu’on les a interpellés sur les droits des francophones dans la province.

Seuls deux d’entre eux ont pris la parole en français pour répondre à une question sur la francophonie, soit Mitzie Hunter et Brenda Hollingsworth. Michel Coteau, Steven Del Duca, Kate Graham et Alvin Tedjo ont tous opté pour une réponse en anglais.

Kate Graham, Mitzie Hunter, Michel Coteau, Brenda Hollingsworth, Steven Del Duca et Alvin Tedjo font face à une salle lors d'un débat.

Deux candidates, Brenda Hollingsworth et Mitzie Hunter, ont offert des réponses en français à une question portant sur les droits des francophones.

Photo : Radio-Canada / Audrey Roy

Mais peu importe la langue choisie pour s’adresser aux militants, les six candidats sont unanimes : il faut améliorer l’accès aux services en français, particulièrement en éducation.

Être francophile et de bien comprendre les enjeux des francophones et d’amener de l’avant des politiques qui vont engager et continuer de soutenir notre francophonie ontarienne, c’est important, a souligné l'ancienne ministre provinciale Marie-France Lalonde, qui modérait le débat.

Une fois notre leader choisi, pour moi ça va être important qu’il apprenne le français, a ajouté Mme Lalonde, qui représente désormais la circonscription fédérale d’Orléans.

Le prochain débat aura lieu à Sudbury le 30 janvier et le nouveau chef du Parti libéral de l'Ontario sera connu le 7 mars.

Avec les informations d'Audrey Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !