•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restructuration chez MEC : abandon des emplois occasionnels et place aux postes permanents

Plan d'ensemble de l'intérieur d'un magasin MEC.

La coopérative a trop d'inventaire qui ne bouge pas, selon le président de MEC, Phil Arrata.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

La coopérative Mountain Equipment Co-op (MEC) congédie certains de ses 2400 employés, mais offre des postes permanents à bon nombre de ses travailleurs occasionnels dans le but de rééquilibrer sa situation financière.

L'annonce rendue publique lundi par le président de MEC, Phil Arrata, s'applique à l'ensemble du personnel à l'échelle nationale.

De cette manière, le détaillant en plein air, qui a perdu plus de 11 millions de dollars au cours du dernier exercice financier, vise à réduire ses coûts et à modifier son inventaire et la façon de gérer la marchandise.

Plan rapproché sur des manteaux de sports avec une affiche de rabais dans un MEC.

Le magasin Mountain Equipment Co-op (MEC) de Vancouver restructure sa façon de commercialiser et de doter en personnel ses 22 points de vente au Canada.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Dimanche après-midi, les 22 magasins de l'entreprise étaient fermés à travers le Canada pour une réunion nationale de tout le personnel. Les directeurs de magasin des différents points de vente ont lu la déclaration de Phil Arrata concernant les perspectives d'avenir de l'entreprise.

Pour certains magasins, cela signifie quelques mises à pied, mais MEC a refusé de confirmer le nombre total de pertes d'emplois.

Phil Arrata a déclaré que la coopérative cesserait d'utiliser des employés occasionnels et embaucherait plus de personnel permanent pour réduire le personnel et améliorer le service à la clientèle.

Support à vélos vert de MEC.

Il y aura davantage de membres du personnel de MEC qui seront embauchés à temps plein et à temps partiel, au lieu de travailler sur une base occasionnelle.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Plus de 950 employés occasionnels se verront ainsi proposer des emplois à temps plein ou à temps partiel, avec des avantages sociaux.

« Bien que MEC ne soit pas axée sur le profit de la même manière que les détaillants avec lesquels nous rivalisons, nous devons tout de même être rentables pour assurer un excellent service à nos membres », explique Phil Arrata.

Le siège principal de l'entreprise MEC. Un immeuble gris avec beaucoup de fenêtres situé au bord d'une rue et d'un sentier pour piétons et cyclistes.

MEC prévoit également sous-louer son siège social de 28 millions de dollars sur Great Northern Way à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Tristan Le Rudulier

MEC éprouve des difficultés financières et a récemment fait l'objet d'un arbitrage après que les travailleurs de ses magasins de Vancouver et de Victoria soient devenus les premiers de son réseau à se syndiquer. Les employés recherchent de meilleurs salaires et conditions de travail.

Phil Arrata, l'ancien chef des finances de Best Buy Canada, s'est joint à MEC à l'été 2019. Il a déclaré qu'il avait reçu le mandat de donner à la chaîne plus de rentabilité.

Je pense que nous pourrons affronter la compétition. Je pense que nous pourrons faire mieux.

Phil Arrata, président de MEC

Le détaillant de plein air fait face à une concurrence croissante de la part de géants en ligne comme Amazon et Walmart, ainsi que Canadian Tire, Sport Chek et Décathlon, la chaîne française d'articles de sport qui a des points de vente au Québec et en Ontario.

Avec les informations d’Yvette Brend, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Affaires