•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matimekush-Lac John marche pour vaincre la drogue

Des personnes tiennent des drapeaux et des affiches.

Avant de prendre part au convoi routier, quelques personnes ont affronté le froid pour marcher dans les rues de Matimekush-Lac John et de Schefferville.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Laurence Royer

Tous les jeudis soirs depuis octobre, les gens de la communauté innue de Matimekush-Lac John sortent dans les rues. Ils marchent avec des élus, des agents de la Sûreté du Québec et des intervenants de la santé, de l'éducation et des services sociaux pour lutter contre les problèmes de drogue qui affligent la communauté.

Jeudi dernier, ce sont plus de 150 personnes qui ont participé à la marche. Or, les marches qui ont commencé à l’automne se sont transformées en convoi routier en raison des grands froids de janvier. Une cinquantaine de voitures ont sillonné les rues de Matimekush, de Lac John et de Schefferville.

Des personnes dans une voiture.

Une cinquantaine de voitures ont pris part au convoi routier.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Ceux qui faisaient partie du convoi se sont ensuite rassemblés à la salle communautaire pour célébrer et se recueillir. Les participants y ont été accueillis avec des danses et des chants traditionnels. Une prière a été récitée et un buffet a été servi.

Des gens assis dans une salle regardent des danseurs traditionnels.

Plus de 150 personnes se sont réunies à la salle communautaire de Matimekush-Lac John après avoir sillonné les rues de la communauté.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Ces marches sont l’une des initiatives mises en place par le comité Menuenimun, qui veut combattre le problème de la consommation de drogues, comme les amphétamines et le cannabis, et d'alcool auquel est confrontée la communauté.

Les jeunes sont principalement touchés par ce problème, affirme l’intervenante en services sociaux pour le conseil de bande de Matimekush-Lac John, Carole Carrier.

On parle de jeunes qui ont 14, 15 ans, mais quelquefois on pouvait avoir des jeunes autour de 8 à 10 ans qui pouvaient être dans ce milieu-là.

Carole Carrier, intervenante pour les services sociaux du conseil de bande de Matimekush-Lac John

Le directeur de l’école Kanatamat remarque aussi le problème au sein de son établissement. Il affirme que les jeunes consomment davantage de cannabis depuis sa légalisation.

Le chef de la communauté, Réal McKenzie s’inquiète pour sa communauté, où le nombre de suicides est de plus en plus important. On était rendus à l'extrême. Il y a des pensées, mais aussi des tentatives de suicide. C'était rendu quasiment quotidiennement. Donc on s'est dit qu’il fallait faire de quoi.

Des maisons sous la neige

La communauté innue de Matimekush-Lac John

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Travailler ensemble

Cette mobilisation hebdomadaire témoigne d'une réelle volonté de toute la communauté de faire bouger les choses. En parallèle de la marche, le comité Menuenimun se réunit chaque semaine pour faire le point sur le problème et trouver des solutions pour lutter contre la consommation de drogue et d’alcool.

Le comité rassemble maintenant une vingtaine de personnes. Autour de la table : des élus et des employés du conseil de bande, des intervenants de la santé et des services sociaux, la direction de l'école et même la Sûreté du Québec. Le sergent Louis-François Hétu, chef du poste de Schefferville, est d'ailleurs l'un des organisateurs du projet.

Une vingtaine de personnes sont assises autour d'une table dans une tente traditionnelle innue.

Le comité Menuenimun est formé par une vingtaine de personnes de plusieurs domaines.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Les rencontres hebdomadaires du comité permettent non seulement d’organiser les marches, mais aussi de coordonner les actions des différents intervenants, affirme Carole Carrier.

On développe une complicité au niveau des interventions, dit-elle. Quand on sait que le policier a déjà été là, on sait qu'une approche a été faite. On sait qu’il y a un bout de chemin de fait. C’est vraiment de s’épauler l’un sur l’autre, pis de s’appuyer et de se faire confiance aussi au niveau de notre travail.

Le sergent Louis-François Hétu et le chef de la communauté innue de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie, discutent.

Le sergent Louis-François Hétu et le chef de la communauté innue de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie, travaillent main dans la main pour organiser les marches.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Déjà des améliorations

Le nombre de personnes qui se joignent à la marche ne cesse d’augmenter. Le sujet est sur toutes les lèvres. Les effets de cette lutte contre la drogue et l'alcool commencent même à se faire sentir au sein de la communauté.

La marche a contribué à sensibiliser, à conscientiser nos jeunes et puis nous on intervient beaucoup aussi, constate Donat Jean-Pierre.

Donat Jean-Pierre assis à son bureau

Le directeur de l'école Kanatamat, Donat Jean-Pierre.

Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

De son côté, Carole Carrier remarque que le lien de confiance entre les consommateurs et les intervenants s’améliore et que de plus en plus de gens demandent de l’aide. Un constat que fait aussi le chef de Matimekush-Lac John, Réal Mckenzie.

À peu près 18 personnes ont accepté de demander de l'aide pour aller dans des centres de thérapie, estime le chef. Plus on va amener de gens à se guérir et qui vont prendre leur vie en main, plus le trafiquant va perdre de clients. C’est ça la vraie solution, mais c’est un travail de longue haleine.

Le comité Menuenimun prévoit déjà ses prochaines actions. Des conférenciers seront invités dans la communauté pour poursuivre les efforts de sensibilisation. Le comité prévoit aussi organiser une grande marche entre Matimekush-Lac John et la communauté naskapie voisine de Kawawachikamach.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Drogues et stupéfiants