•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les délais de traitement à la CNESST s’améliorent, assure le ministre du Travail

Une pile de documents sur une table.

Les délais de traitement des demandes d'indemnisation ont explosé à la CNESST.

Photo : getty images/istockphoto / .

Louis Gagné

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, se dit « extrêmement préoccupé » par les délais de traitement anormalement élevés à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Il assure toutefois que la situation est en voie de se résorber.

Selon Jean Boulet, le plan d’action mis en place l’été dernier pour réduire les délais de traitement commence à donner des résultats.

L'information qui m'a [...] été donnée, c'est que le délai entre l'admissibilité d'une réclamation et le premier versement de l'indemnité de remplacement de revenu est de 8,1 jours, donc à l'intérieur de l'objectif de 10 jours. C'est un travail qui progresse, affirme le ministre.

On met en place un plan d'action et soyez assurés que les délais vont être réduits le plus rapidement possible.

Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale
Jean Boulet accorde une entrevue à Radio-Canada en marge d’une conférence de presse tenue à Drummondville.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada a révélé samedi que la CNESST peinait à répondre à la demande et à indemniser dans les temps prescrits les accidentés du travail. Dans certains cas, les délais peuvent occasionner une absence de revenus de plusieurs semaines.

Le Service d'admissibilité de la CNESST s’engage pourtant à fournir une décision dans un délai de 15 jours, puis à procéder à un premier versement d’indemnisation dans les 10 jours suivant une décision favorable.

Réclamations à la hausse

La récente centralisation des demandes d’indemnisation, qui devait pourtant permettre d’accélérer les délais de traitement, n’a visiblement pas donné les résultats escomptés.

L’augmentation des délais s’explique en partie par un manque de ressources. Alors que les réclamations pour des lésions professionnelles ont progressé de 16 % entre 2013 et 2018, le nombre d’employés chargés de les traiter est demeuré relativement stable, autour de 800.

Le ministre Boulet annonce à ce propos que de nouveaux agents d’indemnisation seront embauchés.

Avec la collaboration de David Rémillard et de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Accident de travail