•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport en commun : 5 scénarios pour un pôle d'échange à la tête des ponts

La nouvelle mouture du Phare prévoit une tour de 65 étages ainsi que trois bâtiments adjacents.

La Ville de Québec délaisse l'idée d'aménager un pôle d'échange pour la connexion avec le transport en commun de la Rive-Sud sous le futur édifice du Phare

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pas moins de cinq scénarios sont à l'étude pour l'aménagement d'un pôle d'échanges de transports en commun à Québec, près de la tête des ponts.

Le directeur de projet du réseau de tramway, Daniel Genest, indique que l'aménagement d'un pôle sous le futur complexe du Phare fait toujours partie des options considérées par son équipe.

« Il y a des scénarios qui sont en sous-terrain et il y a des scénarios qui sont en surface », a indiqué M. Genest, au micro de Guillaume Dumas, à C'est encore mieux l'après-midi.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Daniel Genest en studio

Tramway : les réponses du directeur de projet

Photo : Radio-Canada / Nicolas Bilodeau

En octobre dernier, le Groupe Dallaire a annoncé un report de deux ans de son mégaprojet d'immeuble. Même avec ces délais, le pôle d'échange pourrait malgré tout s'y trouver, assurer Daniel Genest.

« On est tributaire d'un promoteur privé, mais on est aussi capable de faire avancer le projet de notre propre côté. »

Choisir un autre site pourrait être avantageux, car cela pourrait éviter de construire un tunnel d'un kilomètre.

« Des travaux en sous-terrain, en tunnel, c'est ce qui est le plus coûteux et le plus risqué dans n'importe quel grand projet de transport en commun. Invariablement, si on est capable de trouver un endroit où on n'a pas besoin de faire de tunnel, c'est gagnant », insiste Daniel Genest.

La décision sera prise d'ici le mois de mai.

Perte de « l'effet wow »

La parution d'un sondage commandé par l'opposition la semaine dernière indiquait que moins d'un citoyen sur deux était désormais en faveur du projet. M. Genest concède que « l'effet wow » vécu il y a quelques mois se dissipe et il ajoute que la Ville s'attaquera à la question.

Des rencontres de bon voisinage se tiendront en février pour entendre les préoccupations des citoyens.

Tous les grands projets de transports en commun vivent les mêmes réalités. Ce qui est important, c'est d'aller à la rencontre des citoyens.

Daniel Genest, directeur de projet du réseau de tramway

Pas peur de la neige

Daniel Genest ne s'inquiète pas trop des performances du tramway lors des tempêtes de neige. C'est davantage la pluie verglaçante qui l'interpelle.

« C'est beaucoup plus paralysant, insiste-t-il. Avec les changements climatiques, on est plus propices à ces crises de verglas que dans le passé. »

Mais le tramway n'est pas la solution à tout, admet le directeur de projet.

« Le tramway, c'est le meilleur mode de transport lourd pour la Ville de Québec, mais effectivement, si on cherchait à le rendre jusque dans la Haute-Saint-Charles, ça ne serait pas la meilleure solution, ça, c'est clair. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !