•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partager des articles sur les réseaux sociaux vous met-il à risque de poursuites?

René Bellemarre, au Club d'haltérophilie de La Sarre.

René Bellemarre (archives)

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Piel Côté

Peut-on partager des articles ou des nouvelles publiés par des entreprises médiatiques reconnues sur notre fil Facebook sans risquer des poursuites judiciaires? C'est la question à laquelle la juge Denise Descôteaux devra répondre après avoir entendu la cause de l'entraîneur d'haltérophilie, René Bellemarre, qui se déroulera au cours des trois prochains jours au palais de justice de Rouyn-Noranda.

En janvier 2018, M. Bellemarre a été reconnu coupable d'attouchements sexuels. Il a également été acquitté des deux autres chefs d'accusation d'agression sexuelle qui pesaient contre lui.

Tout au long du processus judiciaire, le président du Club d'haltérophilie de Rouyn-Noranda, Mario Robitaille, a partagé sur sa propre page Facebook des articles de Radio-Canada et du journal Le Citoyen au sujet du procès. René Bellemarre estime toutefois que le choix des articles lui a nui et a atteint à sa réputation.

Dans sa requête, René Bellemarre estime que Mario Robitaille reprend de façon répétitive et malicieusement les articles des médias qui parlent de lui. Il le poursuit en disant que les articles choisis sont seulement ceux qui peuvent entacher sa réputation.

Mario Robitaille a partagé des articles titrant que René Bellemarre était accusé d'agression sexuelle sur des mineurs ou bien encore que des étudiantes du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue auraient été victimes d'attouchements de sa part.

René Bellemarre reproche cependant à Mario Robitaille de ne pas avoir partagé les articles rapportant qu’il était acquitté ou qu'aucune accusation n'était déposée contre lui relativement aux allégations des étudiantes. Selon lui, en ne partageant que des faits pouvant entacher sa réputation, Mario Robitaille n'a pas informé adéquatement et honnêtement ses nombreux contacts Facebook et du monde de l'haltérophilie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites