•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 ménages de Saint-Sacrement s'engagent à réduire le gaspillage alimentaire

Une famille de deux adultes et deux enfants avec en avant plan des fruits posés sur une table.

La famille Perry-Mongrain entame son défi cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Radio-Canada

Dix ménages du quartier Saint-Sacrement ont pris l’engagement de s’attaquer au gaspillage alimentaire en participant au projet pilote Mange-Gardiens. À terme, le projet lancé par le mouvement des AmiEs de la Terre de Québec vise à leur faire réduire de 20 % les aliments qu’ils jettent.

L’initiative est officiellement commencée depuis quelques jours seulement. Durant l’année, comme les autres familles sélectionnées, celles de Jérôme Mongrain et Julie Perry suivront une série de rencontres et d’ateliers de formation pour leur permettre d’avoir les outils nécessaires à l’atteinte de leur objectif.

Lundi matin, la famille était en entrevue à l’émission Première heure avec la chargée du projet Marianne Garnier, pour parler de leurs premières expériences.

Dès le déjeuner, le ménage met en pratique ses apprentissages. Ce matin, il n’y a pas eu de perte. Il y a eu des rôtis de faits et un smoothie, tout a été mangé, rien n’a été jeté, affirme fièrement Julie Perry.

Marianne Garnier explique l’intérêt de l’approche par accompagnement, circonscrite dans un seul quartier, ce qui permet une démarche plus ciblée. Les campagnes de sensibilisation peuvent donner des résultats, mais des fois, les gens ne se sentent pas suffisamment concernés pour passer à l’action, remarque-t-elle.

Ainsi à chaque mois, la chargée du projet se déplacera dans dix ménages participants pour observer leurs pratiques et leur donner des trucs. À travers ces rencontres, ils se fixent de nouveaux objectifs et font le bilan de leur parcours.

Pour Julie et Jérôme, ce mois-ci, le premier objectif a été de réorganiser le garde-manger et d’essayer de nouvelles recettes anti-gaspillage à partir des épluchures de légumes, explique Marianne Garnier, en guise d’exemple.

Se rapprocher d’un mode de vie écologique

Le projet Mange-Gardiens s’inscrit dans une progression naturelle pour la famille Perry-Mongrain, qui souhaite limiter son empreinte écologique. Elle a d’ailleurs récemment pris la décision de déménager de Stoneham pour se rapprocher de la ville et réduire ses déplacements.

Nous, le grand intérêt, c’est celui de nos enfants, c’est ce qui nous a propulsés et qui nous a motivés à faire partie de cette belle équipe, souligne Jérôme Mongrain.

L’objectif du projet n’est pas d’atteindre la perfection, c’est pour quoi Marianne Garnier adapte son accompagnement à chaque ménage. Je pense qu’on peut toujours s’améliorer au quotidien, d’être dans ce projet-là, ça nous pousse à essayer de nouvelles expériences, ajoute Julie Perry.

Le projet pilote est une première au Québec. Grâce à lui, les AmiEs de la Terre de Québec espèrent recueillir les informations nécessaires pour l’élaboration d’un guide qui pourra servir à d’autres municipalités qui aimeraient tenter l’expérience.

Avec les informations de Mireille Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Environnement