•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loi 21 : le Manitoba a reçu « de nombreuses demandes » d'employés de l'État québécois

Brian Pallister et Justin Trudeau

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister (à g.), affirme que sa province a reçu de «nombreuses demandes» de la part de fonctionnaires québécois qui souhaitent déménager au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Presse canadienne

Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, dit qu'il y a eu de « nombreuses demandes » de la part d'employés de l'État québécois désirant s'établir dans sa province, après une offensive publicitaire contre la loi 21.

Le gouvernement manitobain avait acheté des publicités dans des journaux et des médias numériques au Québec l'automne dernier, mentionnant 21 raisons d'envisager de déménager au Manitoba, en référence à la loi québécoise sur la laïcité.

M. Pallister soutient que son gouvernement a déjà commencé à recevoir des curriculum vitae.

« Nous avons hâte de commencer les embauches, parce que nous avons besoin de davantage de travailleurs bilingues dans notre fonction publique au Manitoba », a-t-il dit à sa sortie d'une rencontre avec son homologue fédéral Justin Trudeau.

Le premier ministre manitobain a maintes fois dénoncé la loi québécoise sur la laïcité, estimant qu'elle est discriminatoire.

La loi 21, en résumé

La loi 21 sur la laïcité de l’État prévoit que toutes les institutions parlementaires, gouvernementales et judiciaires doivent respecter les principes de la séparation de l’État et des religions, de la neutralité religieuse de l’État, de l’égalité de tous les citoyens et des libertés de conscience et de religion.

Elle prévoit l’interdiction du port de signes religieux au travail chez les employés de l’État en position de coercition (juges, policiers, procureurs, gardiens de prison) et d’autres employés de l’État, essentiellement les enseignants des écoles primaires et secondaires du réseau public et les directeurs d’école.

La loi 21 est assortie d’une clause protégeant les droits acquis des employés touchés qui portent déjà un signe religieux, à condition qu’ils conservent la même fonction dans une même organisation. Il y en aurait « probablement quelques centaines », selon le ministre responsable, Simon Jolin-Barrette.

Elle comprend aussi des dispositions de dérogation pour soustraire la loi à des articles des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés. La Charte québécoise sera en outre modifiée afin qu’elle stipule « que les libertés et droits fondamentaux doivent s’exercer dans le respect de la laïcité de l’État ».

La loi prévoit également que tous les services gouvernementaux devront être offerts à visage découvert. Ils devront aussi être reçus à visage découvert lorsque cela est nécessaire à des fins d’identification ou pour des motifs de sécurité.

Aucun accommodement raisonnable ne pourra être demandé pour contourner cette obligation, est-il précisé.

La loi n’inclut aucune sanction pénale ou monétaire pour les contrevenants.

M. Pallister a rencontré M. Trudeau au deuxième jour d'une réunion du conseil des ministres fédéraux qui se tient à Winnipeg, un lieu choisi dans l'espoir de tendre la main à une région qui a tourné le dos aux libéraux fédéraux lors des élections du 21 octobre.

Les deux hommes ont discuté d'infrastructures, de réconciliation, de santé et de sécurité publique.

M. Pallister avait également annoncé son intention de discuter de la tarification sur le carbone imposée par Ottawa.

6000 visites du site Internet de la fonction publique manitobaine

En décembre, Brian Pallister avait indiqué que 15 à 20 personnes avaient manifesté leur intérêt à rejoindre la fonction publique manitobaine, en réaction aux publicités diffusées au Québec par le Manitoba. Celles-ci présentaient 21 raisons de déménager au Manitoba, un clin d'oeil à la loi québécoise, communément appelée loi 21.

Un porte-parole de la province avait aussi précisé qu’il y avait eu près de 6000 visites du site web de la fonction publique du Manitoba et que « quelques dizaines » de candidatures avaient été déposées. Par ailleurs, 82 % des visites au site web provenaient du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale