•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Débrouille a besoin d'aide pour réduire la violence conjugale

Une femme se défend, en montrant la main en signe d'« arrêt ».

La Débrouille veut faire davantage d'activités de sensibilisation pour aider la population à dépister la violence conjugale. (Archives)

Photo : Nadine Shaabana/Unsplash

Julie Tremblay

La maison d'hébergement La Débrouille de Rimouski, qui vient en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale, lance une série de capsules vidéo dans le but de sensibiliser la population et l'inciter à faire des dons à l'organisme pour lui permettre de poursuivre ses activités.

J'ai gardé le silence pendant très longtemps, pendant des années, parce que j'avais honte, affirme Claire, dans l'une des capsules mises en ligne par La Débrouille.

Ces vidéos, qui présentent les témoignages de femmes victimes de violence et d'intervenantes qui les accompagnent, ont pour but de toucher les gens, [de] faire comprendre que la violence conjugale, c'est une problématique sociale encore très présente, explique la coordonnatrice et cogestionnaire de La Débrouille, Marie Beauchesne.

Elle rappelle qu'au Québec, une femme sur cinq est victime de violence conjugale à un moment ou un autre de sa vie.

Aider et sensibiliser

Dans un contexte où le financement accordé aux maisons d'hébergement pour les victimes de violence conjugale est le même au Québec depuis 2004, Mme Beauchesne explique que les besoins sont grands. On a un manque à gagner d'environ 400 000 $ par année pour pouvoir subvenir aux besoins, explique-t-elle.

Marie Beauchesne

La coordonnatrice et cogestionnaire de La Débrouille, Marie Beauchesne

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Sa collègue Geneviève Lévesque explique qu'outre l'accompagnement des victimes, il est nécessaire de faire davantage de sensibilisation pour prévenir des drames comme celui survenu à Mascouche la semaine dernière.

Cet argent-là nous permet de faire de la sensibilisation, d'aller dans les écoles et de donner des outils aux gens pour dépister cette violence.

Geneviève Lévesque, coordonnatrice et cogestionnaire de La Débrouille

Grâce à cette campagne, les responsables de La Débrouille souhaitent amasser 100 000 $.

L'organisme organisera d'autres activités au cours de l'année afin de poursuivre sa campagne de financement et de célébrer ses 35 ans d'existence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société