•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Malaisie renvoie une dizaine de conteneurs de déchets au Canada

Des conteneurs empilés dans un port.

Des centaines de conteneurs de déchets en provenance de l'étranger encombrent les ports de Malaisie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement de la Malaisie a ordonné le renvoi de 150 conteneurs de déchets plastiques dans 13 pays, dont le Canada, qui ne peuvent désormais plus acheminer leurs déchets recyclables en Chine, comme ils le faisaient avant.

Expliquant que son pays ne deviendra pas la poubelle des pays riches, la ministre malaisienne de l’Environnement, Yeo Bee Yin, a déclaré que 3737 tonnes de déchets ont ainsi été retournées dans les pays d’où ils provenaient.

Sur les 150 conteneurs, 43 ont été renvoyés en France, 42 au Royaume-Uni, 17 aux États-Unis, 11 au Canada, 10 à l'Espagne et le reste à Hong Kong, au Japon, à Singapour, au Portugal, en Chine, au Bangladesh, au Sri Lanka et en Lituanie.

La ministre Yeo Bee Yin a prévenu dimanche que 110 autres conteneurs de déchets venus de l'étranger seront renvoyés à leurs expéditeurs au cours des prochains mois, dont 60 aux États-Unis et 15 de plus au Canada.

Si les gens veulent faire de la Malaisie la décharge du monde, ils rêvent.

Yeo Bee Yin, ministre de l’Environnement de la Malaisie
Des politiciens et du personnel portuaire devant un conteneur.

La ministre de l'Environnement de la Malaisie, Yeo Bee Yin, inspecte des conteneurs dans un port de Malaisie.

Photo : Radio-Canada

Ces centaines de conteneurs de déchets plastiques en provenance de pays industrialisés sont détournés, souvent illégalement, vers des pays en développement du Sud-Est asiatique depuis que la Chine a interdit l’importation de déchets plastiques, pour fins de recyclage, en 2018.

Depuis, des centaines de conteneurs de déchets plastiques mal triés sont refoulés par les Chinois vers des ports des pays voisins où des usines illégales de recyclage acceptent ces cargaisons de déchets, souvent à l’insu des autorités portuaires et environnementales.

Le gouvernement malaisien, qui veut mettre un terme à cette pratique affirme avoir fermé plus de 200 usines de recyclage illégales dans le pays.

Selon la ministre Yeo Bee Yin, le gouvernement malaisien n’a pas versé un sou pour le transport de ces conteneurs qui a été pris en charge par les transporteurs et les entreprises responsables de l’exportation et de l’importation de ces déchets.

Notre position est très ferme. Nous voulons simplement faire passer le message que la Malaisie n'est pas la décharge du monde, a déclaré la ministre Yeo aux journalistes lors d'une inspection dans un port de du nord de l'État de Penang.

Pas seulement en Malaisie

Or, il n'y a pas que la Malaisie qui est aux prises avec ce trafic de conteneurs de déchets en provenance des pays riches. Rappelons qu'en mai dernier, Ottawa a dû rapatrier à ses frais près de 70 conteneurs de déchets domestiques qui s'entassaient depuis six ans dans des ports de Manille, aux Philippines.

Des douaniers inspectent des conteneurs remplis de déchets plastiques.

Cette photo prise le 15 juin 2019 montre des douaniers indonésiens du bureau local de l'environnement examinant l'un des 65 conteneurs remplis de déchets plastiques importés, au port de Batu Ampar à Batam. - L'Indonésie a renvoyé cinq autres conteneurs de déchets aux États-Unis et ne deviendra pas une "décharge", ont déclaré des responsables le 15 juin 2019.

Photo : Getty Images / Anadaru

Le président philippin Rodrigo Duterte avait alors sommé le Canada de rapatrier ces conteneurs de déchets sur son territoire avant le 15 mai 2019, à défaut de quoi il les retournerait de force au Canada, menaçant au passage de déverser le contenu de quelques conteneurs devant l’ambassade canadienne à Manille.

Le gouvernement indonésien avait également renvoyé une cinquantaine de conteneurs de déchets dans leurs pays d'origine en juillet 2019.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International