•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canam sous contrôle québécois : « aux États-Unis, c'était à la piastre et à la cenne »

Une affiche géante devant une usine de Canam. Il est écrit : première usine du groupe Canam, en 1960

L'usine Canam à Saint-Gédéon-de-Beauce

Photo : Radio-Canada / Hans David Campbell

Alain Rochefort
Audrey Paris

Le Groupe Canam de Beauce reprend le contrôle des fonds d'investissement de ses activités canadiennes. Après avoir migré vers une société américaine d'investissements en 2017, la famille Dutil estime qu'il était temps de revenir avec des joueurs « qui ont nos valeurs et nos buts ».

En entrevue à l'émission C'est encore mieux l'après-midi avec Guillaume Dumas, le président du conseil d'administration de Groupe Canam, Marcel Dutil, affirme que cette transaction de 840 millions de dollars devait se faire absolument et que c'était dans les plans.

Lundi matin, Groupe Canam a confirmé s'être allié avec la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ pour reprendre le contrôle de l'entreprise.

Canam sous contrôle québécois : entrevue avec Marcel Dutil

La famille Dutil et ses associés vont acquérir la totalité des activités canadiennes de Groupe Canam, ainsi que certains actifs aux États-Unis et outre-mer.

Dans la dernière année, on a commencé à négocier, puis là, on a fini par avoir une entente, mentionne M. Dutil. Il n'y a aucune restriction de compétition, c'est une bonne nouvelle, on va continuer d'être présents aux États-Unis.

Si tu me demandes si je le referais, c'est non, mais ça nous a amené des choses.

Marcel Dutil

Selon le président, le monde des affaires chez nos voisins du sud est très différent. C'est money, money, money, on n'est pas habitués à ça. Quand tu es né sur le plancher de l'usine, c'est donne et reçoit en retour la logique.

Il ajoute que la période de presque trois ans durant laquelle les activités d'investissements étaient entre les mains d'Américains a apporté des points positifs.

Ça nous a amené des choses, c'est certain, des méthodes de fonctionnement différentes, on n'oubliera pas ça, précise M. Dutil.

Un village heureux

Alain Quirion, le maire de Saint-Gédéon, où est née la première usine Canam, était enchanté de l'annonce.

Réactions du maire de Saint-Gédéon

Ça me fait très plaisir, dit-il. J'ai été employé durant 27 ans, ça nous fait chaud au cœur. Il ajoute que l'usine est d'une importance primordiale pour sa ville. Elle emploie quelque 800 travailleurs.

C'est la grosse usine, l'employeur principal. Et la famille Dutil est beaucoup impliquée, ils ont toujours été là.

Alain Quirion

Pour le maire de Saint-Gédéon, c'est rassurant de savoir que des investisseurs québécois reprennent le contrôle de l'entreprise. Si on veut parler au boss, c'est beaucoup plus direct que lorsqu'ils sont aux États-Unis, illustre Alain Quirion.

Invitée à réagir, la ministre déléguée au Développement économique régional et responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, a dit qu'il s'agissait d'une excellente nouvelle. Nous sommes satisfaits, nous savons qu'il y aura des effets positifs pour redynamiser la région.

Un building avec du lettrage sur lequel on lit Aréna Marcel Dutil

L'aréna de Saint-Gédéon porte le nom de M. Dutil.

Photo : Radio-Canada / Hans David Campbell

Aujourd'hui, Canam compte 25 usines au Canada et aux États-Unis, ainsi que des bureaux d’ingénierie en Roumanie et en Inde.

Une fois la transaction effectuée, l'entreprise regroupera en sol canadien les usines de Canam Bâtiments de Saint-Gédéon (en Beauce), Boucherville, Mississauga et Calgary, et celles de Canam Ponts situées à Québec, Laval et Shawinigan (TecFab).

Deux filiales américaines de Canam ne sont pas touchées par la transaction et demeurent la propriété d'American Industrial Partners (AIP).

Entrevue avec Marcel Dutil

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Entrepreneuriat

Économie