•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba exige du respect d’Ottawa pour ses efforts écologiques

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, assis à côté du premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Brian Pallister rappelle que le Manitoba avait soumis un plan de lutte contre le réchauffement climatique qui a été rejeté.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Pour la deuxième journée de la retraite du cabinet fédéral à Winnipeg, le premier ministre, Justin Trudeau, s'est entrenu avec le premier ministre manitobain, Brian Pallister. Ce dernier y a souligné que les efforts de la province pour réduire son empreinte écologique doivent être reconnus par Ottawa.

Il soutient que le Manitoba a fait des réalisations environnementales incroyables en citant en exemple l’élimination du plastique à usage unique ainsi que la production et l’utilisation du biocarburant. Il ajoute que la province investit le triple de ce que les Québec et la Colombie-Britannique investissent en hydroélectricité.

Nous méritons d’être respectés pour nos progrès écologiques, dit-il. Nous ne méritons pas d’être appelés des climatosceptiques. Nous sommes une province verte et sommes fiers de cela, déclare le premier ministre manitobain.

Il rappelle que le Manitoba a soumis un plan de lutte contre le réchauffement climatique qui a été rejeté. Le Manitoba s’apprête à soumettre un nouveau plan et continuera les pourparlers avec Ottawa, annonce-t-il.

« Nous avons travaillé avec des scientifiques qui attestent que notre plan est supérieur à celui du gouvernement fédéral. Nous ferons des modifications au plan, et le soumettrons de nouveau. »

De son côté, le ministre fédéral de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, a souligné dimanche que le gouvernement est toujours ouvert aux conversations sur la manière d’améliorer les politiques publiques. Il a toutefois soutenu que la taxe sur le carbone fonctionne, en partie, parce qu’elle est de portée nationale et est appliquée uniformément dans toutes les provinces.

S’il existe des moyens de répondre à certaines des préoccupations du premier ministre Pallister, nous sommes certainement prêts à en parler, a-t-il déclaré.

Un homme assis, qui parle à un microphone

« [La taxe sur le carbone] est le moyen le plus efficace et le plus efficient de réduire les émissions », soutient le ministre fédéral de l’Environnement, Jonathan Wilkinson.

Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Short

Mais je vous dirais que nous venons de mener une campagne électorale où le prix pour la pollution a été un élément clé de discussion, et les deux tiers des Canadiens ont voté pour des partis qui ont soutenu le prix pour la pollution, a-t-il nuancé.

Lors de l’élection du 21 octobre 2019, le Parti libéral a perdu ses sièges en Alberta et en Saskatchewan, en grande partie en raison de l’insatisfaction des électeurs à l’égard de la taxe sur le carbone et du manque de progrès concernant la construction du pipeline Trans Mountain. Justin Trudeau a depuis promis d’écouter et de répondre à ces préoccupations pour calmer le sentiment croissant d’aliénation de l’Ouest.

Reste que les objectifs du gouvernement Trudeau de faire de l’action contre le changement climatique une priorité tout en soutenant la construction d’un pipeline est un défi.

Les deux premiers ministres ont également parlé de la crise de la méthamphétamine, de la protection contre les inondations et de la construction des infrastructures.

Nous allons travailler ensemble pour servir les citoyens, affirme Brian Pallister. Il y a des infrastructures que les Manitobains attendent et nous allons travailler pour les réaliser.

Justin Trudeau a aussi rencontré le maire de Winnipeg, Brian Bowman, qui s’est dit satisfait de l’issue des discussions qu’il a eues avec le premier ministre.

Avant la rencontre, M. Trudeau a souligné que M. Bowman a été un acteur majeur dans le processus de réconciliation et la construction des infrastructures dans la ville de Winnipeg.

D'autre part, Brian Bowman a sollicité depuis plusieurs mois une rencontre avec Brian Pallister et Justin Trudeau pour aborder la question de la criminalité dans la capitale manitobaine.

Au sein du cabinet, le ministre de la Sécurité publique du Canada, Bill Blair, doit également dévoiler aux ministres les plans du gouvernement en matière de mesure de contrôle des armes à feu.

Les libéraux avaient promis de permettre aux municipalités de bannir les armes de poing et d’interdire certaines armes d’assaut de type militaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale