•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cerfs : le ministère de la Faune explique sa méthode de recensement à Anticosti

Un chevreuil dans la neige.

Les résultats du recensement du cerf de Virginie sur l'île d'Anticosti ont surpris tout le monde en décembre dernier (archives).

Photo : Daniel Brassard

Radio-Canada

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs est surpris de voir sa méthode d’inventaire du chevreuil sur l’île d’Anticosti contestée.

Des chasseurs et des habitants de la Minganie, dont le préfet de la MRC Luc Noël, ont contesté les chiffres rendus en décembre par le ministère. Une diminution importante du cheptel a été enregistrée passant de 166 000 têtes en 2006 à 37 137 en 2018.

Bien que les résultats soient surprenants pour tout le monde la méthode pour y parvenir n’a rien de nouveau, explique la biologiste à la direction de la gestion de la faune de la Côte-Nord au ministère, Sandra Heppel.

C’est une méthode d’inventaire qui est utilisée sur l’île d’Anticosti depuis le début des années 90.

Sandra Heppel, biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

C’est une méthode qui est standardisée au ministère [...] C’est une méthode d’inventaire qui a été développée par le ministère, qui a été testée, et qui a fait ses preuves et qui est appliquée à la grandeur du Québec, a expliqué la biologiste.

La seule différence dans la collecte de données à Anticosti, c’est qu’elle se passe l’été à la place de l’hiver. L’été les cerfs seraient plus visibles, car ils ne se tiennent pas exclusivement dans les sapinières.

L’hiver quand les cerfs sont cachés dans les sapinières, ce qui risque d’arriver c’est qu’on voit encore moins de cerfs que ce qu’on a vu en été. Contrairement au reste du continent où ce sont des forêts mixtes, ça ne serait pas possible de réaliser des inventaires en été, affirme la représentante du ministère.

Une baisse sans incidence sur les chasseurs

Mme Heppel soutient que la baisse de population n’est cependant peut-être pas visible.

En moyenne, cinq à six cerfs par jour sont vus par les chasseurs sur l’île explique Sandra Heppel. À Anticosti le quota par permis est de deux cerfs par chasseur.

Que tu en vois deux, ou que tu en vois 20 ou que tu en vois 30, tu as toujours la possibilité de récolter tes deux cerfs.

Sandra Heppel, biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Près de 85 % des chasseurs ramèneraient de un à deux chevreuils par année, explique-t-elle

Une population variable

Il est normal qu’il y ait une fluctuation importante dans le dénombrement des cerfs de Virginie à Anticosti, soutient la biologiste en donnant deux exemples à l’appui.

Entre 1994 et 1996, la population a baissé de 28 % alors qu’entre 1996 et 2001, la population a augmenté de 54 %.

Le cerf a une capacité de résilience extrêmement élevée.

Sandra Heppel, biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Le ministère se prépare à travailler à l’élaboration d’un constat des caractéristiques de l’habitat de cerf de Virginie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Faune et flore