•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les municipalités pourraient perdre le pouvoir d’encadrer les locations Airbnb

La quiétude du secteur Venise de Magog est maintenant assuré par un changement de zonage de la Ville qui empêche les locations à court terme.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fédération québécoise des municipalités conteste le projet de loi 49 qui retirerait aux municipalités le pouvoir d'interdire la location à court terme d'une résidence principale, notamment sur la plateforme Airbnb.

Dans ce projet de loi, Québec veut empêcher toute disposition d'un règlement municipal qui interdirait l'exploitation d'un établissement d'hébergement, notamment dans une résidence, en faisant prévaloir les conditions fixées par la loi provinciale.

Des locations qui troublent la quiétude d’un quartier

Les efforts de la Ville de Magog pour protéger la quiétude de ses résidents pourraient ainsi devenir caducs.

Le résident du secteur Venise de Magog, Albert Ouellet, déplore la situation, puisqu’il a connu une mauvaise expérience avec des gens de son voisinage qui louaient leur résidence avec la plateforme Airbnb.

Le panneau indiquant l'entrée dans le secteur Venise.

Après l'intervention de citoyens, les locations à court terme ont cessé dans le secteur Venise à Magog.

Photo : Radio-Canada

Ça devient presque du commercial, souligne le résident qui affirme que plus de 150 personnes auraient été locataires d’une même résidence de son quartier au cours d’un mois.

Ce sont des gens qui se retrouvent à venir faire le party dans le coin et les voisins n'en veulent pas de cela dans notre secteur à Venise.

Albert Ouellet, résident de Magog

Après avoir remis une pétition signée par les résidents du quartier, la ville de Magog a fait respecter le zonage et de telles locations n’ont plus été tolérées dans le secteur.

Compétences municipales érodées

Après l’adoption du projet de loi, la Municipalité ne pourrait donc plus modifier son zonage pour limiter ce genre de locations.

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, déplore que certaines des compétences de sa municipalité en matière de gestion et d’aménagement du territoire lui soient retirées par les nouvelles dispositions de la loi.

J'en ai parlé avec l'Union des municipalités du Québec, c'est clair que ça ne fait aucun bon sens. [... ] Si on nous enlève ça, qui va gérer les plaintes après pour les bruits, la nuisance et ainsi de suite.

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog

La Fédération des municipalités du Québec emboîte le pas. Son président a d’ailleurs abordé le sujet avec la ministre du Tourisme Caroline Proulx pour signifier son désaccord.

Du jour au lendemain, nos voisins pourraient devenir des lieux d'hébergement, explique Jacques Demers. Des partys, des activités festives, jour après jour, à cause de la location à court terme. On va avoir des problèmes sérieux de voisinage avec ça.

La FQM entend s'exprimer lors de la commission parlementaire chargée d'étudier le projet de loi 49 qui se tiendra en ce début d'année.

Le conseil municipal de Magog devrait, pour sa part, adopter une résolution en assemblée lundi soir pour affirmer son opposition à cette disposition du projet de loi.

D’après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale