•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba, tremplin vers l'Ouest pour le gouvernement Trudeau

Les 36 ministres du Cabinet libéral posent aux côtés de Justin Trudeau et de la gouverneure générale Julie Payette.

Les 36 ministres du Gouvernement Trudeau sont à Winnipeg.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Gavin Boutroy

Le cabinet fédéral est arrivé à Winnipeg dimanche pour une retraite de trois jours. L'enjeu, pour les libéraux de Justin Trudeau, est de préparer leur stratégie parlementaire de gouvernement minoritaire. C’est aussi une occasion pour eux de tenter d'apaiser des tensions avec l’Ouest canadien.

Je pense qu’il y a une stratégie derrière ça [et] la stratégie est électoraliste, lance le professeur émérite de science politique à l’Université de Saint-Boniface, Raymond Hébert.

On est toujours en période électorale vu que c'est un gouvernement minoritaire, alors il s'agit de passer des bastions du parti libéral, l’Ontario, le Québec, vers l’Ouest, poursuit-il.

Les libéraux ont totalement été éliminés par les électeurs albertains et saskatchewanais en raison d’un gouvernement qui, selon eux, a grandement nui au secteur des ressources naturelles. Les libéraux ont également perdu trois des six sièges qu'ils détenaient au Manitoba.

Le premier ministre de la province, Brian Pallister, a déjà indiqué sa volonté d'essayer de combler le fossé entre le gouvernement fédéral et ses collègues conservateurs des Prairies. Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, a lui aussi signalé sa volonté de réconcilier les villes de l’Ouest avec Ottawa.

Raymond Hébert pense que l’ouverture vers l’Ouest qu'est cette retraite du cabinet pourrait contribuer à enrayer l’insatisfaction.

Je vois ça comme un tremplin vers les autres provinces, en Saskatchewan [et] en Alberta, en particulier.

Raymond Hébert, professeur émérite de science politique à l’Université de Saint-Boniface

Sur trois jours, il y a vraiment des choses qui vont pénétrer la conscience collective du cabinet fédéral. Quels seront les résultats concrets? Si j’avais à le prédire, c’est qu’il y aura de nouvelles dépenses qui seront annoncées, indique le politologue.

Il note que les gouvernements minoritaires ont d’ailleurs tendance à augmenter davantage les dépenses fédérales, peu importe la couleur du parti au pouvoir.

Projecteurs sur les enjeux du Manitoba

Justin Trudeau doit rencontrer M. Pallister à 9 h lundi, suivi du maire de Winnipeg, à 9 h 30.

Il y a une série de dossiers, il y a notamment les inondations, indique Raymond Hébert, en parlant des près de 250 millions de dollars promis par Ottawa pour des infrastructures visant à empêcher les inondations dans la région d’Entre-les-Lacs, au Manitoba.

Il pense qu’Ottawa pourrait bientôt débloquer ces fonds, une demande de longue date de Brian Pallister.

Évidemment, M. Pallister a [aussi] son dossier idéologique contre la taxe carbone. Là-dessus, je ne m’attends pas à ce que M. Trudeau change son fusil d’épaule, ajoute le politologue.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, a indiqué qu’il allait soulever auprès du premier ministre les problèmes liés à la dépendance aux drogues et à la sécurité publique, ainsi que le besoin de fonds fédéraux pour une nouvelle usine de traitement des eaux pour le nord de Winnipeg.

Raymond Hébert croit que le gouvernement fédéral pourrait être ouvert à venir en aide à la capitale provinciale en ce qui concerne les dépendances à la méthamphétamine et aux opioïdes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique fédérale