•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La valeur patrimoniale de la « maison blanche » du Canton d’Orford à l’étude

Radio-Canada

La municipalité du Canton d'Orford veut connaitre la valeur patrimoniale de la « maison blanche » avant de la démolir pour faire place à un centre communautaire désiré depuis longtemps.

Ce nouveau bâtiment dont le coût est évalué à 1,7 million de dollars sera construit au coeur du village, là où la maison blanche est installée depuis 1890.

Le parc de la Rivière-aux-Cerises qui est au coeur du village est l'endroit tout destiné pour ce centre-là, souligne la mairesse Marie Boivin.

Les citoyens semblent s'entendre sur l'emplacement et la nécessité de ce centre communautaire. La question est de savoir si la municipalité doit démolir cette petite maison centenaire ou la préserver.

Pour trancher la question, le conseil municipal a décidé de consacrer 7 500 dollars pour connaitre sa valeur historique. Nous allons définitivement utiliser ces informations-là pour prendre notre décision. C'est la prochaine étape, explique la mairesse.

Il s'agit d'une version corrigée. Précédemment, cet article avait comme photo principale le commerce « Souvenirs Heureux » plutôt que la « petite maison blanche ».

Relier le passé et le futur

La société d'histoire du Canton d’Orford souhaite qu'on relie la petite « maison blanche » au centre communautaire grâce à un tunnel en verre.

Si vous regardez autour de vous, dans le paysage, ce sont toutes des maisons de la même époque. On est chanceux dans ce sens-là et cette maison-là était tout de même une maison des premières familles, des pionniers. Il y a même une famille qui y est demeurée pendant 96 ans, décrit Marc Bigué, un ancien conseiller municipal.

Selon Marc Bigué, cette petite maison doit demeurer en place. Il a d’ailleurs fait signer une pétition qui a récolté 171 signatures pour demander sa conservation.

La mairesse, quant à elle, a bon espoir que les réponses se trouveront dans cette étude de la valeur patrimoniale commandée par la municipalité. Si ça mérite de la préserver, nous aurons surement accès à des subventions. Ça devrait surement être réalisable, estime-t-elle.

Si la modeste résidence centenaire obtient le statut de bâtiment patrimonial, la société d'histoire croit qu'il est important de la préserver et de raccorder le passé très humble du Canton d'Orford à son futur.

D’après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Architecture