•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après le nouveau Guide alimentaire canadien, mangez-vous différemment?

Le Guide alimentaire canadien, édition 2019.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

En janvier 2019, Santé Canada présentait son nouveau guide alimentaire. Le document de référence recommandait notamment plus d’aliments protéinés d’origine végétale.

Un an plus tard, est-ce que les habitudes des Canadiens ont changé?

Les changements n’ont pas été drastiques dans les habitudes alimentaires, croit Liette Paulin LeBlanc, une nutritionniste.

Elle parle plutôt d’une petite transformation. Le nouveau guide alimentaire avec l'emphase sur les protéines d'origine végétale je pense que ça a apporté une conscience qu'on ne devrait pas manger que des protéines d'origine animale ou des poissons, mais il y aussi des protéines présentes dans les légumineuses, telles que les pois chiches, les haricots rouges, les haricots noirs, les lentilles, dit-elle.

Une femme dans un marché public.

Liette Paulin LeBlanc, nutritionniste.

Photo : Radio-Canada

Les protéines d'origine végétale, ce n'est pas quelque chose qui est ancré dans notre alimentation dès notre enfance, souligne Mme Paulin LeBlanc. Elle ajoute que souvent, les gens se demandent comment cuisiner les nouveaux aliments qu'ils aimeraient ajouter à leur alimentation. D'où l'importance, selon elle, que la version actuelle du Guide alimentaire canadien insiste sur le plaisir de cuisiner et de partager les repas avec d'autres personnes.

Quand on voit l'assiette santé, on ne peut pas enlever les saveurs ou le plaisir le manger, dit-elle.

La sortie du nouveau Guide en janvier 2019 avait provoqué un certain mécontentement chez certains intervenants de l'industrie agro-alimentaire, en particulier l'industrie laitière.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, avait l'été dernier dénoncé le Guide alimentaire canadien devant des producteurs laitiers et promis de le revoir si son parti prenait le pouvoir à l'automne. 

L'industrie aurait aimé avoir son mot [à dire], reconnait Liette Paulin LeBlanc. C'est vraiment une bonne option que Santé Canada a prise d'exclure l'industrie alimentaire dans la formulation de leurs recommandations. C'est vraiment basé sur la recherche. Comme diététistes, comme professionnels de la santé, on ne veut pas que l'industrie ait une influence, mais que ce soit vraiment basé sur la recherche. Je pense que c'est ce que la population générale veut aussi.

D'après le reportage de Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Alimentation