•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Parti québécois : la course qu’on n’attendait pas

Un militant péquiste, portant le drapeau québécois comme une cape, est debout devant une estrade vide.

Le Parti québécois est à la recherche d'un chef depuis la démission de Jean-François Lisée.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Martine Biron

Ils sont nombreux, les militants péquistes, à espérer que Guy Nantel mette un peu de piquant dans la course à la direction du Parti québécois (PQ). L’humoriste, qui s’est spécialisé dans les vox pop sur l’ignorance politique des Québécois, réfléchit sérieusement à faire le saut. Selon plusieurs sources, il serait le joker de la course. M. Nantel est archiconnu, mais il n’a aucune expérience des rigueurs de la politique. D’où la question : pourrait-il devenir plus qu’une curiosité?

Pour l’instant, son organisation est rudimentaire et son principal conseiller a une longue réputation au PQ. Élu « Monsieur Cuir Montréal » dans un concours en 2016, Christian Généreux est un militant de longue date bien connu des péquistes de la région de Montréal. En 2018, le parti lui avait, entre autres, confié la direction de la campagne électorale de Michelle Blanc, dans Mercier, qu’il a quittée à mi-chemin avec des documents stratégiques.

Dire que le courant ne passait pas est un euphémisme.

Cela dit, Guy Nantel serait sérieux dans sa démarche et tente de bien comprendre les implications de la vie politique.

L'humoriste Guy Nantel en spectacle à la salle Albert-Rousseau.

L'humoriste Guy Nantel songerait à se présenter à la chefferie du Parti québécois.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Mais il est encore bien loin de la structure qu’a mise en place Paul St-Pierre-Plamondon, qui a une organisation dans toutes les régions du Québec. Il a réussi à rassembler et à garder au PQ les jeunes qui voulaient suivre la députée Catherine Fournier quand elle a décidé de siéger à titre d’indépendante.

Il a aussi recruté Romain Gagné, un organisateur péquiste chevronné et respecté qui était dans le camp de Véronique Hivon lors de la dernière course à la direction.

M. St-Pierre-Plamondon est prêt : il a officiellement annoncé sa candidature samedi sur Facebook. Il a même pensé à reloger sa famille à Montréal (il vit à Gatineau, en Outaouais) pour la durée de la campagne, alors que sa conjointe attend un deuxième enfant en mars, en plein cœur de la campagne à la direction.

Il est d’ailleurs prévu qu’il prenne un temps d’arrêt à la naissance de son bébé, pendant que ses partisans s’occuperont de récolter les signatures nécessaires à sa candidature.

Paul St-Pierre Plamondon parle dans un micro devant un drapeau du Québec.

Paul St-Pierre Plamondon s'est officiellement lancé dans la course à la chefferie du Parti québécois.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Il affrontera le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Son organisation repose sur ses appuis au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Mais si les péquistes aiment Sylvain Gaudreault et le considèrent compétent, sa candidature ne suscite pas l’engouement.

Malgré l’appui de deux députés du caucus, sa campagne est pour l’instant plus régionale que nationale. Elle est dirigée par Denise Turcotte, une militante péquiste connue de Saguenay, qui a notamment travaillé à la campagne de la mairesse Josée Néron. Il faudra toutefois attendre les débats pour voir s’il saura se démarquer.

Visage de Sylvain Gaudreault, candidat à la chefferie du Parti québécois.

Le candidat à la chefferie du Parti québécois Sylvain Gaudreault.

Photo : Radio-Canada

Une course à cinq?

Deux autres candidats sont en réflexion. L’historien Frédéric Bastien est avancé; il est conseillé par le président de l’association de la circonscription de Rosemont, Jean-François Primeau, qui a aussi aidé Jean-François Lisée.

Mais la course pourrait être difficile pour M. Bastien, qui est peu connu du public et qui devra respecter les règles nécessaires pour entrer dans la course – 25 000 $ pour l’inscription et 2000 signatures dans au moins 50 circonscriptions des 9 régions administratives du Québec. Un défi colossal pour un candidat qui n’a pas une grande notoriété.

Le même dilemme se posera pour l’avocat spécialisé en immigration Stéphane Handfield, qui frétille d’envie de se lancer. Il est actif sur Facebook, où il a publié récemment une vidéo où on le voit en compagnie de plusieurs figures souverainistes comme Yves-François Blanchet, Jean-François Lisée, Martine Ouellet et l'ancien député de Terrebonne Mathieu Traversy.

Bien des militants auraient souhaité le retour de Pierre Karl Péladeau, ou des candidatures plus charismatiques, comme celle de Véronique Hivon ou de Pascal Bérubé, mais pour un parti en déroute, l’intérêt que montrent cinq personnes pour la direction du PQ est inespéré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique