•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix de l’essence aux Îles-de-la-Madeleine : une marge plus élevée pour les détaillants

Gros plan sur le prix de 1,50 $ sur une pompe à essence

En 2019, le prix de l’essence aux Îles a oscillé entre 122,15 ¢ et 151,15 ¢ le litre.

Photo : Radio-Canada / Alain Béland

Joane Bérubé

Ce n’est pas seulement l’éloignement, mais aussi la marge plus élevée prélevée par les détaillants qui explique l’écart important entre le prix de l’essence aux Îles et le prix payé par les autres Québécois.

En 2019, le prix minimum calculé par la Régie de l'énergie pour l’archipel madelinot aurait dû être de 121,99 ¢. En réalité, le prix moyen payé à la pompe par les Madelinots a été de 136,61 ¢.

La Régie note que cet écart entre le prix minimum estimé et le prix affiché à la pompe est supérieur aux Îles qu’ailleurs dans la province. Cet écart est de 12,17 ¢ en moyenne, ce qui est plus du double de la marge moyenne de l’ensemble du Québec, évaluée par la Régie à 4,8 ¢ le litre.

En comparaison, cet écart en Gaspésie est de 9,23 ¢ le litre, selon un rapport publié par la Régie de l'énergie en décembre dernier.

C’est d’ailleurs à la suite de la publication de ce rapport sur le prix de l’essence payé par les Gaspésiens que le député des Îles-de-la-Madeleine à l’Assemblée nationale, Joël Arseneau, a déposé, cette semaine, une demande formelle afin d’obtenir un complément d’analyse pour le territoire des Îles.

Le complément d’information publié vendredi (Nouvelle fenêtre) par la Régie de l’énergie confirme que les prix de l’essence sont non seulement plus élevés aux Îles que dans les autres régions du Québec, mais que la marge prélevée par les détaillants y est aussi plus importantes.

Une station d'essence aux Îles

Crevier, station essence aux Iles-de-la-Madeleines

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis_Rad

En raison de leur éloignement et des coûts de transport qui y sont associés, les Madelinots devraient, selon les calculs de la Régie de l’énergie, payer leur essence 5,85 ¢ de plus que les autres Québécois.

La Régie estime donc que ce ne sont pas les coûts de transport élevés qui expliquent les écarts entre les marges des détaillants madelinots et celles des autres stations d'essence du Québec.

Petits détaillants et faibles ventes

Les Madelinots peuvent toutefois compter sur une offre plus abondante qu’ailleurs au Québec.

Pour une population d’un peu moins de 12 000 habitants, les Madelinots ont accès à 10 stations d’essence, indépendantes, exploitées sous deux bannières principales, soit Crevier et Esso.

L’archipel compte donc 4,2 stations d’essence par 5000 habitants comparativement à 1,7 par 5000 habitants dans l’ensemble du Québec. Cette offre est légèrement moins importante qu’en Gaspésie où on compte 5,4 détaillants par 5000 habitants.

La Régie note que les prix sont sensiblement les mêmes pour tous les commerces de son échantillon, peu importe leur localisation dans l’archipel. Par contre, la répartition géographique des commerces est inégale. Ainsi, seulement deux détaillants desservent le nord de l’archipel.

Comme en Gaspésie, les commerces vendent en moyenne beaucoup moins d’essence que la moyenne provinciale.

Près de la moitié de ces commerces vend moins de 1 million de litres d’essence par année, ce qui est la moitié moins que la moyenne vendue par les autres stations au Québec.

En considérant l’exemple de la Gaspésie, ce faible volume des ventes et les difficultés de rentabilité qui en découlent pourraient expliquer en partie les prix affichés.

Seulement trois détaillants des Îles vendent des quantités d’essence supérieures à 2 millions de litres par année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie