•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Iran : Trump demande à Khamenei d'être « très prudent » dans ses propos

Le président des États-Unis, Donal Trump

L’élimination du général Soleimani a permis d’épargner de nombreuses vies, selon le président Trump.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Radio-Canada

Le président américain, Donald Trump, a déclaré vendredi que le guide suprême de la révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, devait faire preuve de prudence lorsqu'il s'exprimait, après que Khamenei eut dénoncé plus tôt dans la journée la « nature terroriste » des États-Unis.

Ali Khamenei, qui a conduit la prière du vendredi pour la première fois en huit ans, a déploré le comportement des États européens dans le cadre de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, et s'est réjoui que l'Iran ait pu infliger un « revers » aux États-Unis en frappant des bases militaires irakiennes abritant des troupes américaines.

Le soi-disant "guide suprême" de l'Iran, qui n'a pas été tellement suprême dernièrement, avait des choses perfides à dire à propos des États-Unis et de l'Europe, a écrit Donald Trump sur Twitter.

Leur économie s'effondre et leur peuple souffre. Il devrait être très prudent avec ses mots! a ajouté le locataire de la Maison-Blanche.

Les tensions entre Washington et Téhéran se sont amplifiées depuis que Donald Trump a décidé, en mai 2018, de retirer les États-Unis du Plan d'action global commun (PAGC) et de rétablir les sanctions contre l'Iran.

Le face-à-face entre les deux pays a débouché sur des frappes militaires plus tôt ce mois-ci, l'Iran ayant tiré des missiles contre des bases militaires irakiennes abritant des troupes américaines en représailles à l'assassinat par les États-Unis du général Qassem Soleimani.

Téhéran a fait savoir, après la mort de l'influent commandant, qu'il allait s'affranchir davantage de l'accord de 2015 et qu'il ne s'imposerait plus de limites pour l'enrichissement d'uranium.

En réaction, les signataires européens du PAGC ont annoncé mardi qu'ils déclenchaient le mécanisme de règlement des différends prévu par l'accord signé à Vienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International