•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La poursuite de Matt Skof contre l'ancien chef Charles Bordeleau est rejetée

Matt Skof répond aux questions du journaliste.

Le président de l'Association des policiers d'Ottawa, Matt Skof, affirme que les agents font l'objet d'un examen minutieux de la part du public, ce qui ajoute au stress.

Photo : Radio-Canada

CBC

Un juge d'Ottawa a rejeté la poursuite du président de l'Association des policiers d'Ottawa (APO) contre l'ancien chef du Service de police d'Ottawa (SPO). Matt Skof intentait une poursuite de 500 000 $ contre Charles Bordeleau ainsi que la Commission de services policiers.

En janvier 2019, la Police provinciale de l'Ontario (PPO) avait déposé des accusations d'abus de confiance et d'entrave à la justice contre M. Skof. Celui-ci aurait allégué que le conseiller du quartier rural de Carleton Ouest-March, Eli El-Chantiry, qui était alors aussi membre de la Commission de services policiers d'Ottawa, était impliqué dans des activités illégales.

La conversation avait été enregistrée et avait même entraîné une enquête de la PPO. Le chef de police de l'époque, Charles Bordeleau, avait suspendu temporairement M. Skof de ses fonctions policières, mais ce dernier avait toutefois refusé de quitter son poste au sein du syndicat.

Dans sa poursuite, le dirigeant de l’APO alléguait que sa suspension l’empêchait d’entrer dans les bureaux du SPO et qu'il ne pouvait donc pas accomplir certaines tâches liées à ses fonctions syndicales.

Dans sa décision écrite, le juge Marc Labrosse soutient que M. Skof était encore au service du SPO. Il est clair qu'il est toujours un employé tel que défini par la convention collective, a fait savoir le juge Labrosse.

Le nouveau chef du SPO, Peter Sloly, a permis à M. Skof de réintégrer le corps policier au début du mois. M. Skof fait cependant toujours face à des accusations criminelles.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ottawa-Gatineau

Forces de l'ordre