•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et si votre chat souffrait en silence?

Chat gris l'air triste

Un chat qui s'endort

Photo : Radio-Canada / Julie Mainville

Radio-Canada

Savoir si un chat souffre d'une douleur cachée est souvent une tâche ardue. Pour aider les vétérinaires et les propriétaires à y voir plus clair, un chercheur de l'Université de Calgary et des collègues ont développé une échelle d'évaluation basée sur les expressions faciales des chats qui permet d'évaluer leur niveau de douleur.

Selon Daniel Pang, chercheur à l'Université de Calgary, il est moins évident de savoir si un chat souffre, contrairement aux chiens.

C'est d'ailleurs l'un des plus grands défis pour les vétérinaires.

L'échelle d'évaluation a été développée en collaboration avec Paulo Steagall, chercheur à l'Université de Montréal et Marina Evangeliste, étudiante au doctorat à l'Université de Calgary, en analysant une cinquantaine de chats à l'hôpital vétérinaire de l'Université de Montréal.

Il dit être en mesure de savoir si un chat souffre en s'attardant à observer certains détails tels que la tête baissée du félin, les yeux légèrement fermés ou encore les oreilles tombantes.

Toutes ces choses reflètent s'il y a des tensions au visage

Daniel Pang, chercheur à l'Université de Calgary

Cinq indicateurs clés

L'échelle d'évaluation, basée sur les expressions faciales des chats, se concentre sur cinq indicateurs : la position des oreilles, de la tête, l'état des moustaches, des yeux et du museau.

Chaque indicateur est noté sur une échelle de zéro à deux.

Même si l'outil ne permet pas de déceler la cause de la douleur, il croit qu'il aidera les spécialistes à choisir le traitement le plus approprié pour l'animal.

L'échelle d'expressions facilaes des félins : (1) oreilles tournées vers l'extérieur, (2) yeux plissés, (3) muscles tendus, (4) moustaches raides, écartées et loi du visage, et (5) la tête base en bas des épaules. Source: Marina Evangelista.

L’outil se concentre sur cinq caractéristiques

Photo : Radio-Canada

Shannyn Dowsett, propriétaire d'une chatte, dit qu'il est important pour elle de comprendre le langage des chats.

Si je réalise que ma chatte souffre plus que ce que je pensais [...] je me sentirais mal de ne pas l'avoir apportée chez le vétérinaire, confie-t-elle.

Le chercheur pense qu'avec l'échelle, les propriétaires et les vétérinaires pourront prendre des décisions plus éclairées.

Avec les informations de Charlotte Dumoulin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !